3 raisons pour 1 échec… par daniel hallifax

3 raisons pour 1 échec… par daniel hallifax

Pourquoi les clients des clubs de fitness n’obtiennent-ils pas toujours les résultats physiques qu’ils escomptent ?

En 15 ans d’enseignement, 11 ans de préparation physique et 10 ans de gestion de clubs, trois raisons me sautent aux yeux quotidiennement et ils se résument en trois mots : programme, fréquence et résultat.

A première vue cela ressemble à quelque chose de familier et surtout d’évident. Je vous propose d’y regarder de plus près pour vous faire votre propre opinion. Aucune séance n’est efficace … encore moins par lots de 10 ! Allez chez le coiffeur et vous aurez une nouvelle tête. Prenez 10 séances de cinéma et vous aurez la possibilité de voir 10 films. Maintenant imaginez que vous souhaitez changer de silhouette, prenez une séance de gym
avec un Entraîneur Personnel et vous aurez – objectivement – … rien !

Pour la suite c’est mathématique : dix fois « rien » égalent rien. La première source d’échec dans les entraînements fitness est le raisonnement sous forme de séances. Les coachs passent beaucoup de temps à construire des séances originales et les clients à acheter des séances sur mesure. Les coachs se documentent sur les dernières méthodes d’entraînement physique et les clients sont à l’affût des secrets de stars. Le problème est qu’aucune séance n’est efficace en termes de résultat précis ; tous les entraîneurs sportifs vous le diront : la réussite est dans le programme. La nuance ? Une séance n’a qu’une durée éphémère et immédiate. Un programme dure entre 3 et 12 mois, se compose de plusieurs périodes d’entraînement et le tout est ponctué de dates d’évaluations pour mesurer la progression.

Ce qu’il faut comprendre c’est qu’une séance d’entraînement est une pièce de puzzle, un fragment d’images. Or pour créer un puzzle on prend une image que l’on morcelle, jamais l’inverse car on ne pourrait alors pas prévoir le
résultat ni même l’imaginer. L’explication du problème est simplement liée à la représentation que l’on a du corps et de son fonctionnement. On pense que, si l’on fait des séances de musculation avec des méthodes dites « d’hypertrophie », les muscles se mettront à gonfler. malheureusement ce ne sera pas le cas pour deux raisons fondamentales que les coachs ont tendance à oublier : le principe d’adaptation et les effets différés. C’est pour ces  raisons qu’un programme visant à développer la masse musculaire utilise des méthodes d’endurance musculaire, de force maximale, essentiellement des exercices avec poids libres et se planifie sur 3 à 6 mois.

Faites le test : demandez à un coach un programme pour perdre du poids. Si celui-ci ne vous présente pas un calendrier et ne vous demande pas pour quand vous souhaitez perdre ce poids, préparez-vous à l’échec ..
Souvent au lieu de longtemps la pratique d’activités physiques dans un cadre «fitness» est comparable à l’hygiène buccodentaire : ce n’est pas le temps de brossage qui compte mais la fréquence. Pour avoir des dents saines il vaut mieux les brosser tous les jours deux minutes que 1 heure une fois par semaine.

Utiliser des moyens … pour ne pas réussir

Pour illustrer mon dernier point, la troisième raison pour laquelle nos clients n’ont généralement pas de résultats, je vous invite à tenter l’expérience suivante. Montez dans votre voiture et allez faire 10 minutes de voiture. Votre objectif sera simplement de passer 10 minutes au volant de votre voiture et de revenir au point de départ 10 minutes plus tard. À la suite de cette expérience, si vous analysez ce qui s’est passé, vous vous apercevrez de 3 choses importantes. La première, c’est que vous auriez pu faire le même parcours en moins de temps, donc vous n’avez pas réussi à optimiser votre temps de conduite. La seconde, c’est que vous conduisiez plutôt moins bien que d’habitude. La troisième, c’est que vous êtes resté concentré sur l’objectif : le temps vous a alors semblé long et la tâche difficile. L’exercice que vous venez de vivre est basé sur ce que j’appelle un objectif de moyens. Ce constat est logique car en temps normal on prend sa voiture pour une raison bien précise : aller quelque part. Ce «quelque part» est ce que j’appelle un objectif de réussite. Quand je prends ma voiture pour rentrer à la maison, mon attention, mes réflexes et ma volonté se centrent sur l’objectif, qui se concrétise naturellement et généralement de façon optimisée. Pendant le trajet j’arrive même à écouter la radio, parler au téléphone et réfléchir à ce que je vais faire le weekend sans que cela impacte le résultat final. Étonnamment, dans les clubs de fi tness on se retrouve dans la situation de mon exemple. Nos clients font 5 mn d’échauff ement, 30 mn de  cardio-training, 1 heure de musculation, etc… ils se fixent des objectifs de moyens. Il est très rare de trouver des clients qui font 6 km d’elliptique à une puissance de 180 watts ou des séances de musculation de 2 ou 3 tonnes.
Pourtant, calibrer et quantifier un entraînement sont les seules solutions pour réussir. Si vous avez choisi l’activité physique pour modeler votre corps alors c’est en watts, kilogrammes et kilomètres que se mesureront vos changements, tout comme la vue, l’odeur et le toucher vous diront que vous êtes arrivé chez vous. Si vous choisissez le temps comme unité de mesure, préparez-vous… à dormir souvent dehors !

Daniel Hallifax