Bio gym 2 clubs, 2 visages, 2 philosophies…

Bio gym 2 clubs, 2 visages, 2 philosophies…

Depuis le mois d’août, le club BioGym, situé rue de Paris à Amiens, a un petit frère. Prénommé BioGym lui aussi, il se loge à Amiens Glisy, Pôle Jules Verne, et véhicule une idée du Fitness à l’antipode de celle portée par son frèro. Petit comité, ambiance cosy, personnel encadrant… Bref, le sport pratiqué version humaine, comme le souhaitait Christophe Banach,le paternel des lieux.

Lorsqu’il a donné le jour à BioGym dans sa ville d’origine, Amiens, en juillet 2001, Christophe Banach n’avait pour autre ambition que de répondre à sa passion :celle d’exercer dans un secteur d’activité qu’il affectionne par-dessus tout, à savoir, celui du sport. Un club parmi tant d’autres, lové dans un ancien garage de poids lourds, sur 900 m2 au départ et 1500 m2 par la suite. Dans une déco au style très « indu », le lieu a vite pris des dimensions « XXL » : immense salle de gym, immense salle de muscu, immense salle de bike… Pour un nombre d’adhérents tout aussi immense (quelque 2000 personnes), s’empres­sant d’applaudir à la fin de chaque prestation offerte par des profs on ne peut plus branchés, bougeant leurs corps avec aisance et dextérité sur des podiums, en reproduisant des chorégra­phies à la Les Mills. Bref, le club version « usine » par excellence, très en vogue et qui séduit bon nombre d’adeptes aujourd’hui. Mais pas tous.

C’est en partant de ce constat que christophe banach a donné le jour à biogym glisy.

« Lors de nos enquêtes qualitatives auprès de nos adhérents, nous nous sommes aperçus qu’une par­tie de la clientèle était insatisfaite des prestations offertes au sein du premier BioGym, se plaignant du trop de monde, du trop de bruit, de la trop grande difficulté des exercices et du manque d’encadrement. Cette clientèle-là, soit elle en vient à abandonner le sport, soit elle se tourne vers un autre type de club, plus traditionnel », expose le gérant.

La relation humaine au centre

C’est précisément pour elle (mais aussi pour lui, qui se dit désireux de « redonner de la profon­deur et du sens à son métier ») que Christophe Banach a souhaité créer « autre chose ». Un lieu où « je retrouve mon métier de départ, c’est­à-dire d’éducateur sportif, où la relation humaine est replacée au centre. Un club qui va dans le sens de l’intérêt du client, des profs et des clubs eux-mêmes, et pas spécialement dans celui des fournisseurs actuels ». S’affichant sous la forme d’un cube industriel dispatché sur trois niveaux, BioGym Glisy s’habille d’un style très épuré et lumineux de par la présence de ses nombreuses vitres donnant sur la campagne. Là, les adeptes (des quadras pour l’essentiel) s’adonnent notamment à des « team training » qui n’excèdent jamais dix personnes, bénéficiant d’un accompagnement personnalisé, d’une réelle prise en charge. « On ment à la clientèle lorsque l’on dit que les clubs de sport actuels ne sont pas essentiellement faits pour les sportifs », renchérit Christophe Banach. BioGym Glisy s’affiche donc à travers cet objectif : donner le goût du sport à ce public pas si particulier, qui recherche avant tout la remise en forme. A trois mois de son lancement, 300 adhérents ont déjà opté pour ce visage de BioGym plus soft et plus cosy. Et son gérant le promet : ce nouveau club n’excédera pas les 800 adeptes. Echelle humaine oblige.

Emmanuelle BraBant

www.biogym-amiens.fr

Le prélèvementautomatique,gage de confiance

Chez Biogym, cela fait longtemps que les abon­nements annuels ont disparu des possibilités d’adhésions. un choix facilement justifié par christophe Banach : « comme nous sommes certifiés club iso 90001, qui garanti la qualité et la confiance que l’on peut placer dans nos presta­tions, nous jouons cette carte en affirmant que nous sommes certains de la qualité de services que nous offrons à nos clients. c’est pour cette raison que nous optons pour le prélè­vement mensuel automa­tique, qui leur permet de résilier leur abonnement à tout moment en nous fai­sant parvenir un simple courrier recommandé. »