Le personal training ou le coaching ?

Le personal training ou le coaching  ?

Comment redéfinir les termes et les activités autour de ce métier ?

Tout d’abord, nous pouvons définir qu’il existe différentes façons d’aborder l’activité par le seul fait que les prises en charge peuvent être variées par le lieu : salle de gym, studio, à domicile, outdoor et autre…

Néanmoins, des bases communes sont incontournables. Cela passe par des connaissances fondamentales de la fonctionnalité du corps humain qui nous permettront d’optimiser la qualité de la prise en charge de
la personne.

Quand je parle de personal trai­ning, je pense également au fait qu’il s’agit du suivi individuel et longitudinal du client et que par ce fait il est indispensable d’établir un bilan, une anamnèse de manière à pouvoir créer un vrai suivi de l’évolution du pratiquant dans le but de répondre à ses besoins et ses objectifs réels. Le programme est établi après la synthèse et l’analyse du profil du client qui correspond à une réponse ciblée et individuelle. C’est aussi pour cela qu’il s’agit d’un service supplémentaire payant. Le personal trainer est un indépen­dant et se définit aussi par le fait qu’il développe sa propre clientèle et qu’il doit avoir une vision glo­bale de la prise en charge «Il est le moteur de sa réussite », il est un réel vecteur de captation de client pour une salle de remise en forme. Bon nombre de personnes ont des aprioris concernant les salles Fit­ness. Avant de vouloir s’inscrire ils auront besoin d’être rassuré et guidé dans leur démarche. Pour certains de ces clients, le coach leur permet de franchir le pas.

Coaching et coaching ?

Je pense que nous pouvons dis­socier les différentes activités autour du mot coaching : Le travail de l’instructeur sur le plateau musculation et cardio­training :

Souvent défini par l’utilisation des moyens et des outils qui lui sont mis à disposition dans la salle de gym qui constitue un cadre de travail précis, (support de programme préétabli, éventuel­lement un protocole de séance). L’objectif est de créer une programmation dans un envi­ronnement sécurisé et de faire découvrir l’utilisation des outils et des moyens aux pratiquants. L’instructeur, sur plateau, a pour objectif d’animer la zone cardio et musculation et d’être dispo­nible pour l’ensemble des prati­quants. La Fonction d’instructeur peut être un levier pour accéder au personal training, acquisition de l’expérience de terrain.

Former sans Formater

Il est indispensable de suivre des formations spécifiques autour du personal training. Le delta des compétences entre deux coachs est très im­portant dans la mesure ou les niveaux de formation sont dis­parates. Nous avons un devoir de moyen pour la qualité de prise en charge du client et cela passe par de la formation continue. Bon nombre de coachs n’hésitent pas à vendre leur service sans même avoir un diplôme et une formation solide qui leur permet d’enseigner contre rémunération. Une semaine de formation dans une école ou quelques stages ne suffisent malheureusement pas pour exercer sereinement cette activité. Pourtant, il existe des formations diplômantes de référence pour enseigner et encadrer l’activité physique contre rémunération avec des prérogatives spécifiques (Métiers de la forme, etc.) qui constituent la base du métier qui est un réel levier pour accéder à d’autres formations plus spéciali­santes dans le personal training. Il est indispensable d’avoir une formation fondamentale avant de se lancer dans ce métier. Dans les années à venir, nous aurons à nous remettre en ques­tion sur notre métier, sommes nous toujours et uniquement dans un secteur d’animation ? En vue de l’augmentation des seniors dans notre pays et des pathologies qui les accom­pagnent, des obèses qui repré­sentent 15% de la population, les réponses devront être mieux adaptées à ce type de publics. Cela passera inévitablement par des formations plus pointues dans le domaine des sciences de la vie.

Le global training ne peut pas suffire.

Quand nous traitons le sujet du métier de coach sportif dans les magazines spécialisés, nous l’abordons sur le plan du mar­keting ou de la communication sur le produit, alors que nous devrions également nous poser la question du contenu et de la qualité qui sont associés à l’expé­rience, à des savoirs au niveau de formation et aux qualités intrin­sèques du personal trainer. Il ne suffit pas de l’autoproclamer pour être personal trainer.

L’entraînement fonctionnel

Visiblement, nous venons de découvrir une nouvelle méthode d’entraînement qui n’est rien d’autre que d’entraîner son corps dans sa globalité afin de se mou­voir dans son environnement sans rencontrer de difficulté ou de contrainte particulière (comme se baisser pour saisir quelques choses au sol, soulever une charge, pivoter son corps sans se faire mal, …). Le corps humain est capable d’ef­fectuer différents actes moteurs plus ou moins complexes et l’entraînement fonctionnel vise à maintenir ou réapprendre des mouvements moteurs oubliés (ou déficients).

Cette méthode prend en compte l’individu dans son ensemble sans localiser un groupe musculaire précis. L’objectif est d’entraîner le mouvement et non pas un muscle. La fonction du corps humain est de bouger tout en s’adaptant au monde environnant. Ce sys­tème d’entraînement améliore le potentiel de mouvement que l’individu est capable de réaliser (tout le monde rêve de pouvoir courir, marcher, grimper, pousser, tirer, soulever, enjamber, pivoter, attraper… le plus longtemps pos­sible afin de préserver sa capacité d’autonomie). La fonctionnalité : oui ! Mais pour qui ? Pour quoi faire ? Voilà autant de questions à se poser. L’entraînement fonctionnel chez une personne âgée sera certaine­ment de pouvoir se relever de sa chaise si elle ne le peut pas. Chez un sportif, il peut s’agir d’aug­menter ses performances sans se blesser. De plus, en fonction de la spécificité de sa discipline et des forces et faiblesses de l’ath­lète, l’entraînement fonctionnel ne sera pas le même pour tout le monde. L’entraînement fonctionnel pour­rait être également la capacité à transférer et développer toutes les qualités physiques comme la force, la puissance, l’endurance, l’agilité, l’équilibre, pour des mou­vements de la vie quotidienne. De par la complexité de la méthode fonctionnel training, il est vrai que certaines salles de remise en forme, avec une idéologie basée sur l’outil que représente la machine high-tech, ont oublié l’aspect essentiel de l’entrainement en voulant can­tonner l’adhérent à des exercices guidés sur des machines ou il suffit de s’asseoir, alors que le corps a besoin de mouvement et certainement pas dans une position assise ou l’on passe déjà beaucoup trop de temps. N’oublions pas non plus que la prise en charge par un personal trainer est multiple. Il doit se doter de toutes les techniques et moyens pour se renseigner sur l’ensemble des aspects qui constitue la prise en charge glo­bale de l’individu. Nous pouvons prendre pour exemple la nutri­tion, qui est une autre clé que le coach doit avoir dans ses outils. Nous ne parlons pas de nutrition conventionnelle, mais de nutri­tion fonctionnelle, c’est-à-dire que nous partons de troubles fonctionnels évoqués par le client afin de prodiguer des conseils alimentaires pour apporter une partie de la solution, il ne s’agit plus de compter de calories !

 

 

 

 

consulting.mourad@gmail.com – www.mboukhari.fr

Mourad Boukhari Personal Traineur et Préparateur Physique, enseignant et formateur pour le DEUST Métiers de la Forme à la Faculté des Sciences du Sport de Strasbourg.