Les cercles nation : top depart !

Les cercles nation : top depart !

Le patron des Cercles de la Forme a convié un beau panel de sportifs olympiques pour l’inauguration de sa huitième salle parisienne, à Nation. Un club qui marque un second départ pour le réseau qui a levé 5 millions d’euros.

Le coup d’envoi est donné. Bertrand Bonelli a coupé le ruban des Cercles de la Forme édition Nation. Le huitième club de la chaîne de fitness parisienne a été inauguré mercredi 19 juin en présence de nombreuses personnalités de rang olympique.

Accueillis sur un tapis rouge, Alexis Vastine, le boxeur français demi-finaliste aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008 a fait l’honneur de sa présence. Il fallait également compter avec Automne Pavia, la judokate française de 23 ans, fraîchement médaillée d’or aux championnats d’Europe, et également médaillée de bronze aux JO de Londres 2012. Ajoutons pour compléter le tableau Christophe Guénot, médaillé de bronze en lutte aux JO 2008, ou encore Stéphanie Possamaï, qui réalisa la même performance en judo la même année. Et les liens avec les Cercles ne sont jamais loin : son compagnon enseigne le judo au club Porte Maillot depuis douze ans !

_DSC0116

Le paquet sur le cardio

Finalement, est-ce que ces Cercles Nation pourraient convenir à des sportifs de très haut niveau ? Entraînée à l’Insep, Automne Pavia ne fréquentera les Cercles Nation que pour l’inauguration. Mais elle nous confie que l’équipement présent serait largement à la hauteur d’une athlète de son niveau : «Nous effectuons beaucoup de cardio et ce club est top sur ce point ! Il y a également beaucoup d’appareils de musculation. Franchement c’est l’une des plus belles salles que j’aie pu voir.»

_DSC0086

Un apport de 5 millions d’euros

Cette huitième salle, l’une des plus grandes, avec 1 500 mètres carrés, l’une des mieux équipées et certainement la plus moderne du réseau aurait pu représenter l’aboutissement de la franchise, après plus de trente ans d’existence. En réalité, il s’agit d’un second départ. Sandrine Bonelli, l’épouse de l’artisan des Cercles et sa collaboratrice au quotidien, l’avoue : «Cette salle pourrait être le point final mais c’est le départ de quelque chose».

Face à l’engouement du public pour les Cercles (25 000 adhérents en 2013), des investisseurs ont approché le couple Bonelli. La banque CM-CIC Capital Finance est entrée au capital de la société à hauteur de 5 millions d’euros. Ce n’est pas cette levée de fonds qui a financé le club à Nation. Non, cet apport de liquidités servira au groupe à étendre son réseau sur Paris, et en région parisienne. Si la chaîne a mis trente ans pour ouvrir huit salles, la croissance va s’accélérer. «Nous allons lancer quatre à cinq nouveaux clubs d’ici deux à trois ans», annonce le maître des lieux.

Il n’y peut rien, Bertrand Bonelli s’est forgé un mental de compétiteur. Une carrière de judo internationale, ça laisse des traces. «J’ai appliqué ce que j’ai appris dans le sport et en compétition au monde de l’entreprise», explique-t-il. «J’y ai appris la persévérance, la capacité à prendre des décisions mais aussi le dépassement de soi.»