L’exercice de haute intensité réduit de 72 % le risque de cancer !

L’exercice de haute intensité réduit de 72 % le risque de cancer !

Une nouvelle étude médicale de l’Université de Tel Aviv, en Israël, a révélé que le risque de développer un cancer métastatique, principale cause de décès en Israël, diminue jusqu’à 72 % avec la pratique régulière d’exercices aérobiques de haute intensité.

L’étude, intitulée An exercise-induced metabolic shield in distant organs blocks cancer progression and metastatic dissemination, a été publiée dans la revue Cancer Research.

Le projet de recherche a été entrepris par une équipe de la faculté de médecine Sackler de l’université de Tel Aviv, dirigée par le professeur Carmit Levy du département de génétique humaine et de biochimie et le docteur Yftach Gepner de l’école de santé publique et de l’institut sportif Sylvan Adams.

Elle démontre comment la pratique d’exercices aérobiques de haute intensité, qui tirent leur énergie du sucre, peut réduire de manière significative le risque de cancer métastatique.

Levy a déclaré : « Notre étude est la première à examiner l’impact de l’exercice sur les organes internes dans lesquels les métastases se développent habituellement, tels que les poumons, le foie et les ganglions lymphatiques.

« En examinant les cellules de ces organes, nous avons constaté une augmentation du nombre de récepteurs de glucose au cours d’une activité aérobie de haute intensité, ce qui augmente l’absorption de glucose et transforme les organes en véritables machines à consommer de l’énergie, tout comme les muscles.

« Nous supposons que cela se produit parce que les organes doivent rivaliser pour les ressources en sucre avec les muscles, qui sont connus pour brûler de grandes quantités de glucose pendant l’exercice physique.

« Par conséquent, si un cancer se développe, la concurrence féroce pour le glucose réduit la disponibilité de l’énergie qui est essentielle aux métastases. De plus, lorsqu’une personne fait régulièrement de l’exercice, cet état devient permanent : les tissus des organes internes se modifient et deviennent semblables aux tissus musculaires.

« L’exercice modifie l’ensemble du corps, de sorte que le cancer ne peut pas se propager, et la tumeur primaire diminue également de taille », a déclaré Levy.

« Nos résultats indiquent que, contrairement à l’exercice de combustion des graisses, qui est relativement modéré, c’est une activité aérobique de haute intensité qui contribue à la prévention du cancer », a déclaré Gepner. « Si la plage d’intensité optimale pour brûler les graisses est de 65-70 % de la fréquence cardiaque maximale, la combustion des sucres nécessite 80-85 % – même si ce n’est que pour de brefs intervalles. Par exemple : un sprint d’une minute suivi d’une marche, puis d’un autre sprint. Nos résultats suggèrent que les personnes en bonne santé devraient également inclure des éléments de haute intensité dans leurs programmes de fitness. »

Alors que les intervalles de ce type n’étaient autrefois typiques que des régimes d’entraînement des athlètes professionnels, ils figurent aujourd’hui dans les programmes des athlètes amateurs et dans les cours de fitness grand public. Ils sont également présents dans les programmes d’exercices visant à la réhabilitation cardiaque et pulmonaire.

« Il faut souligner que l’exercice physique, avec ses effets métaboliques et physiologiques uniques, présente un niveau de prévention du cancer plus élevé que n’importe quel médicament ou intervention médicale à ce jour », a déclaré M. Gepner.

Alors que des études antérieures ont montré que l’exercice physique réduit le cancer jusqu’à 35 %, Levy et Gepner ont pu étudier à un niveau plus profond et montrer que l’exercice aérobique de haute intensité peut maximiser la prévention du cancer.

« Nous savons tous que le sport et l’exercice physique sont bons pour notre santé », a déclaré Levy. « Notre étude, qui examine les organes internes, a découvert que l’exercice modifie l’ensemble du corps, de sorte que le cancer ne peut pas se propager, et que la tumeur primaire diminue également de taille. »

« Nos résultats suggèrent que les personnes en bonne santé devraient également inclure des composantes de haute intensité dans leurs programmes de fitness », a déclaré Gepner. « Nous pensons que les études futures permettront une médecine personnalisée pour prévenir des cancers spécifiques, les médecins examinant les antécédents familiaux pour recommander le bon type d’activité physique. »

Laisser un commentaire