Fitness Challenges – Février/mars 2020

Les maisons sport-santé et les clubs de fitness…

« Favoriser l’activité physique et sportive pour tous est donc bien une grande cause d’intérêt général, un facteur de bien-être et de santé. Les efforts consacrés aux sports et aux loisirs sportifs ne sont pas une dépense, mais un investissement durable.

Je souhaite la bienvenue aux 138 premières maisons sport-santé sur notre territoire. D’ici 2022, nous en labelliserons 500. C’était un engagement du président de la République. Et c’est l’une des mesures de la stratégie nationale sport-santé coconstruite avec la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. »

Voici les derniers mots sur ce sujet, début janvier, de notre ministre des Sports, Roxana Maracineanu.

En effet, le président de la République, Emmanuel Macron, s’était engagé lors de sa campagne à développer un dispositif d’accompagnement. L’activité physique pour les personnes les plus éloignées de la pratique et les patients pour lesquels la pratique d’activité physique adaptée est prescrite par le médecin. L’accès à une activité physique et sportive au quotidien à tous les moments de la vie est un objectif de santé publique et doit permettre l’atteinte de l’objectif de 3 millions de pratiquants sportifs supplémentaires d’ici 2022.

C’est donc en fait un véritable projet de société qui se dessine afin de passer d’une société curative coûteuse à bien des aspects (arrêt maladie, absentéisme, médicament, consultations, hospitalisation, etc.) à une société préventive bien moins onéreuse, mais surtout, bien plus efficiente et équitable.

La question à se poser maintenant est quel rôle va jouer l’industrie privée du fitness dans cette stratégie nationale ?

Si c’est une opportunité incroyable pour notre marché qui pourrait enfin attirer à lui de nouveaux pratiquants qui n’ont jamais consommé nos installations. C’est également une opportunité pour notre industrie d’envisager de proposer autrement nos activités physiques en étant plus proche des attentes de ces nouveaux consommateurs peu habitués aux codes du fitness marketés et parfois élitistes. C’est surtout une occasion de former nos équipes à ces nouvelles problématiques de santé et d’entraînements adaptés.

Toutefois, ne pensons pas que tout cela peut se faire sans rien changer à notre vision du club et du sport. C’est un beau et grand challenge qui se propose à nous, mais nous devrons mettre toutes les chances de notre côté pour faire partie de cette vénérable et audacieuse aventure qui consiste à « soigner » par le sport !

Toute la rédaction de Fitness Challenges se joint à moi pour vous présenter, un peu tardivement, ses meilleurs vœux pour cette nouvelle, et sans aucun doute, très belle année 2020 !

Téléchargez la version PDF