City green le fitness version “espace de vie”

City green le fitness version “espace de vie”

A n’en point douter, le City Green n’est semblable à aucun autre club de sport. « C’est difficile de le définir », reconnaît Lionel Kupper, celui qui en tient les rênes depuis maintenant bientôt sept ans, bien que le lieu vienne de fêter sa 21e année d’existence. « C’est surtout un espace de vie », conclut-il. Et pour cause, ce club hors norme, baptisé par beaucoup « Le temple du Fitness », est bien plus que ça. Ici, sur 8000 m2 d’espaces couverts et à travers 11 000 m2 de terrain, ce ne sont pas moins de 60 activités qui sont proposées aux quelque 5000 membres, qu’ils aient 6 mois ou 77 ans. « Partage-performance-détente » sont les leitmotivs de ce lieu multi-facettes  qui est aussi le seul club Platinium Les Mills de la région, bénéficiant d’une réelle reconnaissance d’un côté de la frontière comme de l’autre. On y pratique du sport donc (fitness, cardio-training, musculation, tennis,  badminton, squach, natation, Pilates, yoga, personal training…), on s’y détend (beauty spa, amincissement, power plate, coiffure…) et l’on s’y délasse en toute convivialité (lounge bar, resto et mise à disposition de salles pour l’organisation d’événements en tous genres.) Ingénieux, le club a même mis en place un système de garderie pour les plus petits. « S’il est vrai que le City Green peut paraître exclusif, on y retrouve un panel très divers de la population. La clientèle est moitié française,  moitié suisse et vous pouvez y croiser la caissière d’une grande surface comme des sportifs renommés, à l’image de Lewis Hamilton, c’est assez atypique », enchaîne Lionel Kupper. Ancien moniteur et chef de village au Club Med et dans les clubs Marmara, ce quadra originaire de la région semble posséder le profil idéal pour gérer ce lieu éclectique. Il vient d’ailleurs d’en faire l’acquisition, après l’avoir conduit pendant six ans et demi en tant que locataire-gérant. Et déjà les nouveaux projets semblent fuser. D’ici 2013, il devrait en effet y investir près de deux millions d’euros, notamment pour offrir un nouveau look à ce City Green qu’il « compare
à une scène de théâtre ». Le style est d’ores et déjà dévoilé : il respirera le bien être, la fraîcheur et la zénitude quand Lionel Kupper envisage de lancer d’autres clubs de 200 m2 dédiés au fitness et à la musculation.

Une assurance annulation :
L’effet crise se ressent jusqu’à la frontière  suisse. C’est pourquoi, bien conscient des difficultés que peuvent rencontrer ses membres, le City Green, qui fonctionne majoritairement avec des abonnements annuels (entre 800 et
1200 € pour les adultes), leur propose une option annulation en cours pour raison précaire à 60 € individuellement ou 90 € pour la famille.

Fréquentation :
Le City Green brasse du monde. Sept jours sur sept, de 7h à 21h30 en semaine et de 8h à 19h30 le week-end, il accueille en moyenne entre 800 et 1 500 adeptes. Une preuve de sa renommée ? Il tourne autour de 60% de réabonnements.

1200 bambins :
Quelque 1 200 enfants fréquentent le club, il fallait s’emparer du créneau. Lionel Kupper l’a fait en leur proposant un abonnement annuel à 270 €. Et qu’est-ce qu’ils y font au City Green pour ce prix-là ? Des activités sportives, mais aussi de l’anglais, des cours de cuisine, de l’éveil, des parcours  « aventure » quand ils ne se délassent pas à la garderie avec leurs petits copains.