Club… La dynamique du sur-mesure !

Club… La dynamique du sur-mesure !

Si, à l’image de n’importe quelle autre activité commerciale, l’élaboration d’un concept de salle de fitness se nourrit des données du marché, sa pérennité, voire sa survie tiennent plus encore à la capacité d’adaptation de son initiateur. Les temps que nous vivons en sont, hélas pour la pire raison, une éclatante démonstration.

S’adapter ou disparaître.

En tant que cofondatrice d’une entreprise dont l’objet initial était, il y a une quinzaine d’années, d’équiper en mobilier et équipements spécifiques les salles de sport, je me félicite de n’avoir pas attendu pareille crise pour diversifier notre activité. À vrai dire, il ne s’agissait pas tant pour nous de mettre GEKIPS à l’abri des dangers (supposés) d’une activité de niche ; il s’agissait d’enrichir nos idées, nos prestations, en transposant nos expériences d’un secteur à l’autre, ce qui est le plus sûr moyen d’être créatif et innovant. S’adapter exige d’abord de sortir de sa zone de confort, comme on dit aujourd’hui. C’est ainsi que, sans jamais quitter ses premières amours sportives, GEKIPS a aussi pris place dans des marchés inattendus (musées, établissements scolaires, hospitaliers, bancaires, institutionnels et autres) avec une grande réussite.

Standard ou sur-mesure ?

Forts de la diversité des expériences que nous vivons au quotidien, nous sommes devenus une force de proposition qui nous situe bien ailleurs du cercle étriqué des distributeurs de mobilier. Ce n’est pas pour autant ce qui nous pousse à opposer le standard au sur-mesure. Les deux ont chacun leur légitime intérêt : standard ou sur-mesure, un mobilier ou un équipement sont une réponse à un problème posé, bien avant d’être un acte d’achat. En revanche, ce à quoi nous invitons chacun en ces temps difficiles, c’est de chasser « la pensée standard » au profit de l’ouverture d’esprit.

Comment, concrètement, traduire cette belle profession de foi ?

Cette position de conseil, nous la justifions par 3 notions de base : une connaissance intime des matériaux et de leur usage (15 années d’expérience de fabrication et d’installation, ça cause, non ?), la diversité de nos expériences (donc de nos solutions), et enfin une participation à tous les colloques et événements qui nous placent au fait des tendances et des innovations techniques. Quelques exemples :

Sécurité au cadenas ou au sans-contact ?

Bien des innovations techniques ont justifié leur apparition et leur succès parce qu’elles répondaient à une évolution sociétale, un changement d’usage. Mais l’histoire nous joue parfois des tours : l’obsolète devient souvent fashion 30 ans plus tard.

Il y a peu encore, nos clients soucieux de sécurité nous demandaient du clavier digital en remplacement de leur système de cadenas, jugé ringard et sans avenir. Pourtant, lorsque nous leur évoquions nos solutions RFID sans-contact, certains faisaient la moue, considérant n’avoir pas à franchir pareil « bond technologique ».

Nous n’invitons pas nos clients à être « en avance », mais à l’heure. Anticiper, comprendre les mouvements inéluctables, c’est cela, « l’esprit d’ouverture » que nous préconisons. Pour ce qui est des serrures de casiers « sans-contact », nous dépensons — curieusement — moins d’énergie à convaincre, depuis quelques mois…

Le blanc, ça fait propre !

Le travail créatif en amont d’un projet nous rappelle tous aux fondamentaux de l’harmonie des couleurs, de ce qu’elles induisent, en énergie ou en sensation apaisante. Les appels aux théories sur le sensoriel, le toucher d’un matériau, l’impression visuelle générale, tout concourt à justifier (et souvent avec pertinence) les choix de l’architecte, ceux que nous préconisons, ou ceux du client. Tout récemment, tous mes conseils ont été balayés du revers de la main par l’un de mes clients : « Je veux du blanc, tout blanc, ça fait propre ! ». Cela prête à sourire, et pourtant ! Par les temps qui courent, quoi de mieux que le blanc pour induire propreté et sécurité sanitaire ?! S’adapter, s’adapter encore en s’appropriant les nouveaux codes, tout en sachant qu’ils sont sans doute provisoires, mais nécessaires à la survie…

S comme Surface et comme Safe.

Les contraintes sanitaires imposent de nouveaux protocoles ? Y répondre en facilitant les choses : toute surface qui a vocation de plan de travail doit pouvoir être nettoyé à la volée, en toute sécurité pour les membres du club et du personnel… autant que pour la surface elle-même ! Nous avons des matériaux surfacés pour supporter au long cours l’agressivité des gels de nettoyage.

Optimisation de l’espace.

Les grands comptoirs et les hôtesses dissimulées par un écran grand comme la télé, c’est de l’histoire ancienne. Le digital est partout, les tablettes remplacent les desktops, les comptoirs d’accueil doivent-ils encore dévorer tout cet espace perdu en fluidité de circulation ? Chez GEKIPS nous disposons d’une gamme aux volumes standardisés dont la modularité permet toutes les configurations… Le « standard sur mesure », en quelque sorte !

Isabelle METAYER, CEO Gekips – gekips.com