Créer une salle de sport par où commencer ?

Créer une salle de sport par où commencer ?

1 # Réflexion sur la faisabilité et définition du projet dans ses grandes lignes :

Combien ? Pour faire simple, disons qu’avec 50 000 € au moins (seul ou à plusieurs), vous pouvez considérer que l’affaire est envisageable. Voir un peu moins en province ou sur un projet de dimensions limitées. Un club de 1000 m2 coute environ 250 000 euros en travaux et 150 000 € en matériels sportifs, équipements et accessoires : TV, déco, casiers, informatique, etc. Soit 400 euros du m2 hors frais d’établissement et de lancement. Pour cet exemple, prévoir un apport personnel de 100 000 €.

Où ? Pour une première ouverture, un rayon de 50 km autour de votre domicile semble raisonnable. Une création trop distante est plus risquée et toujours plus couteuse. Les frais de déplacement et l’hébergement sont souvent sous évalués et envisager un déménagement en même temps qu’une création sera mal perçu par les banques que vous serez amené à solliciter.

Privilégiez les zones à forte densité de population (6,5% de la population active fréquente les centres de remise en forme) et étudiez la concurrence déjà implantée sans oublier que l’offre crée la demande. En zone urbaine, la clientèle d’une salle est principalement concentrée dans un rayon d’un kilomètre pour les adhérents qui travaillent à proximité et de cinq kilomètres pour les adhérents qui vivent à proximité.

Quoi ? Avant de vous décider sur le type de salle que vous allez créer, faites le tour des enseignes nationales. Choisir un concept clé en main, à exploiter en franchise ou en licence de marque, est souvent préférable si vous ne connaissez pas parfaitement ce secteur d’activité. Si vous n’êtes pas convaincu par les concepts qu’on vous propose, vous aurez au moins collecté des informations précieuses sur le marché et peut-être quelques idées. La tendance actuelle n’est plus aux petites salles familiales, mais aux grandes surfaces très bien équipés, mixtes, avec ou sans cours collectifs. Plus encore que vos envies personnels ; votre mise de départ rapportée au prix du mètre carré dans le secteur retenu, devraient vous guider dans le choix du concept à retenir.

2 # Les locaux

L’équation est la suivante. Pour conserver une rentabilité satisfaisante, le loyer hors taxes + les charges locatives doivent rester inférieurs à 15% du chiffre d’affaires potentiel de la salle. Prévoyez une capacité d’accueil de 2 à 3 adhérents par m2 (selon la configuration du local). Pour illustrer : vous avez retenu un concept low-cost avec un abonnement moyen à 400 euros TTC par an. On vous présente un local de 800 m2 à 7000 euros hors taxes par mois charges comprises. Faites le calcul suivant : Soit, 7000 / 0,15 x 12 = 560 000 euros de chiffre d’affaires hors taxes à réaliser chaque année. Donc, 560 000 / (400 / 1,196) = 1674 adhérents à trouver et à conserver. Vos adhérents vos devoir se serrer un peu, mais l’affaire est envisageable puisque votre local a une capacité moyenne de 800 x 2,5 = 2000 adhérents (qui ne viendront pas tous en même temps bien sur).

3 # Le bail : s’engager… mais prévoir une porte de sortie

Pour bloquer un local, vous devrez vous engager vis-à-vis du bailleur. Le problème, c’est que ne disposant pas encore de tous les financements nécessaires à la création de votre entreprise, il vous est difficile de signer un bail qui vous engage sur 3 ans au moins. Il est en effet très rare de signer un bail sous conditions suspensive d’obtention d’un prêt. Le bailleur n’accepte généralement pas de bloquer son bien dans l’attente de votre financement. Pour faire face à ce cas de figure très fréquent et pour ne pas risquer de perdre le local, la meilleure démarche consiste à :
– 1 obtenir rapidement un projet de bail mentionnant toutes les conditions de la location
– 2 obtenir les devis nécessaires au calcul de vos investissements (travaux et matériels)
– 3 mettre immédiatement en oeuvre vos démarches de recherche de financement
– 4 faire trainer la signature en négociant point par point et en particulier la franchise de loyer
– 5 solliciter toutes les banques autour du local retenu et la vôtre
– 6 immatriculer votre société d’exploitation dès que l’affaire vous paraitra suffisamment bien engagée avec au moins une banque
– 8 signer le bail au nom de votre société, en veillant bien à ne pas vous engager personnellement sur le paiement des loyers
– 9 déposer dès la signature du bail la demande d’autorisation d’ouverture d’un ERP et la déclaration ou la demande d’autorisation de travaux
– 10 démarrer les travaux et les ventes d’abonnement dès l’obtention du financement
– 10bis si vous n’obtenez pas de financement : résilier le bail avec le consentement de votre bailleur ou à défaut, déposer le bilan de votre société.

Le financement des matériels (en leasing via le revendeur) est toujours plus facile à obtenir que celui des travaux. Dans tous les cas de figure, ne signez pas un bail commercial sans avoir fait
lire le contrat par un professionnel qui défend vos intérêts.

4 # Les travaux

Votre demande d’autorisation d’ouverture va mettre deux mois avant d’être instruite et accordée. De même que votre demande de pose d’enseigne. Si les plans ainsi que les notices de sécurités et d’accessibilités ont été réalisés correctement (faite appel à un architecte) vous obtiendrez aisément votre autorisation. Nous vous recommandons même si cela comporte un risque, de démarrer vos travaux sans attendre ce sésame administratif : le temps c’est de l’argent. Si vous avez opté pour la franchise, une liste de prestataires et de fournisseurs vous sera proposée, voir imposée chez certaines enseignes. Sinon, rendez-vous au salon annuel de la profession, qui se tient tous les ans à Paris au mois de mars, où vous trouverez de quoi équiper et aménager votre salle. Une liste des exposants figure sur le site internet du salon toute l’année.

5 # Ouvrir

L’ouverture du club est un évènement, donc une action commerciale à préparer avec soin. Là encore, si vous faites partie d’un réseau, toute la documentation, les contrats, la PLV et la communication vous sera fournie. Dans le cas contraire, prévoyez de longues heures de rédaction et de mise en page hasardeuse. La première version est rarement la bonne de même que les premiers recrutements. L’ouverture est aussi l’aboutissement de vos démarches. Après avoir emprunté successivement le costume du juriste, la calculette du financier puis le casque du chef de chantier,
vous revêtez désormais le polo floqué de premier commercial et gérant de votre propre salle de sport.

Pour vous désormais une seule chose importe :
Combien de contrat aujourd’hui ?

Stéphane Ritterbeck ,
stephane.r@fitness-business.fr