Débat sur les clubs de fitness au parlement britannique !

Débat sur les clubs de fitness au parlement britannique !

Une commission parlementaire britannique tiendra un débat sur les restrictions COVID-19 sur les salles de sport et le sport le lundi 23 novembre.

Cette initiative est le résultat d’une pétition parlementaire réussie qui compte désormais 604 000 signatures.

Il y a actuellement 12 pétitions parlementaires en cours, toutes mises en place par des membres du public, demandant que les salles de sport restent ouvertes, celle-ci étant celle qui recueille le plus de votes.

On espère que le débat conduira à un débat parlementaire complet et renforcera le statut des salles de sport.

L’organisme industriel, ukactive, souhaite que le gouvernement classe les gymnases et les centres de loisirs comme des « services essentiels » – ce qui signifierait qu’ils pourraient garder leurs portes ouvertes pendant les périodes de fermeture.

La baronne Tanni Grey-Thompson, présidente d’ukactive, a écrit à tous les députés le 2 novembre, leur demandant leur soutien pour que les gymnases et les centres de loisirs soient considérés comme des services essentiels.

Dans sa lettre aux députés, Grey-Thompson a déclaré « Nous pensons qu’encourager et soutenir les gens à être physiquement actifs est d’une importance capitale pour vos électeurs et pour le pays tout entier, et nous devons donc maintenir l’accès aux lieux où les gens peuvent le faire en toute sécurité, en particulier les gymnases, les piscines et les centres de loisirs.

« Notre secteur est essentiel dans la lutte contre le COVID-19, en soutenant directement la santé, le bien-être et la résilience de la nation. Dans votre circonscription, les services de santé, y compris les gymnases et les centres de loisirs, doivent être accessibles, même pendant un confinement.

« La perte de l’accès à ces installations endommagera considérablement les niveaux d’activité, comme le prouve la récente analyse de Sport England qui a montré une baisse significative des niveaux d’activité lors du premier confinement.

« Nous devons également souligner l’analyse SAGE qui a documenté que la perte d’accès aux installations aura un impact négatif sur le bien-être mental et augmentera potentiellement les inégalités de santé avec certains BAME et groupes vulnérables », a-t-elle conclu.

Laisser un commentaire