Fitness Challenges fait le point sur les régimes avec l’étude nutrinet-santé qui vient de révéler jeudi dernier une dictature du poids et l’inefficacité des régimes «tendance»…

Fitness Challenges fait le point sur les régimes avec l’étude nutrinet-santé qui vient de révéler jeudi dernier une dictature du poids et l’inefficacité des régimes «tendance»…

Nous connaissons tous leurs noms, ils s’appellent Dukan, Cohen, Chrononutrition, Californien, Soupe au chou… Les régimes «tendance» s’épanouissent au printemps, quelques semaines avant le cocktail bikini, coquillages et crustacés. Toute la presse féminine en fait pour le coup « ses choux gras » et on le comprend vite lorsque l’on sait que 70% des femmes souhaitent maigrir… Comment passer à coté de cette préoccupation ?

70% des femmes souhaitent maigrir

L’étude NutriNet-Santé met un bémol: derrière l’envie d’avoir une silhouette de sirène se cache une véritable obsession du poids. Ce programme de recherche national se base sur les témoignages de plus de 105.771 «Nutrinautes», recrutés sur toute la France. Les résultats sont éloquents:70% des femmes et 52% des hommes souhaiteraient peser moins. 28% des femmes ont fait au moins cinq régimes dans leur vie, 9% en totalisent au moins dix.

Une reprise de poids à long terme

Serge Hercberg, qui coordonne cette étude, est professeur de nutrition à l’université Paris 13 et directeur de l’unité nutrition à l’Inserm, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale. Après une étude de trois ans, la pertinence de ces régimes «marketés» est sérieusement mise en doute. «A court terme, ces régimes sont assez efficaces. Mais sur la durée, ils entraînent une reprise de poids.» Un phénomène de répétition peut alors se mettre en place, le fameux «yo-yo», avec régimes à gogo et une reprise de poids plus importante à chaque fois.

Des carences en vitamines et en minéraux

En plus d’être inefficaces, ces régimes, hyperprotéinés comme le Dukan ou hypocaloriques comme le Cohen, entraînent des carences vitaminiques et minérales, en particulier chez les adolescentes, dont l’organisme est encore en pleine croissance. « Excepté les régimes prescrits médicalement pour le diabète ou l’hypertension, le corps n’est pas fait pour tolérer de telles restrictions.»

L’efficacité du «bon sens»

Si l’on souhaite perdre du poids, la solution qui fonctionne le mieux consiste à respecter les recommandations nutritionnelles globales «de bon sens» selon le professeur Hercberg: «manger de tout en quantité raisonnable, éviter le grignotage, pratiquer une activité physique régulière». Les résultats seront moins spectaculaires, mais plus pérennes. 76% de Nutrinautes sont satisfaits de cette méthode à long terme (plus de six mois), contre 51,4% pour le Dukan. Pour en savoir plus : www.etude-nutrinet-sante.fr