Gestion du trafic….

Gestion du trafic….

ATTE NTION OÙ VOUS METTE Z LES PIEDS !

L’agencement d’un espace dédié à la remise en forme, au bien-être ou aux activités sportives — comme le fitness ou l’entraînement pro — sacrifie souvent l’ergonomie et les impératifs d’exploitation sur l’autel de l’apparence, de la couleur et du bon goût. Or, le bien-être d’une clientèle comme la rentabilité d’une activité répondent à des logiques qui semblent, pour certaines, aujourd’hui oubliées ou négligées, quand elles ne sont pas tout simplement ignorées des concepteurs. Alain EIDEL, qui officie depuis plus de vingt-cinq années comme conseil dans cette discipline, en particulier auprès des architectes et des décorateurs, nous livre ici le point de vue d’un professionnel rompu à ces problématiques. Sans avoir la prétention d’assurer, à elles seules, le succès de votre exploitation, ces précieuses recommandations peuvent vous éviter, à tout le moins, bien des déboires.

Quiconque projette d’aménager un espace de cette nature doit partir d’un point de vue qui doit toujours dominer le reste : l’exploitation. Celle-ci doit être considérée sous tous ses aspects, tant pour ce qui relève de la pratique quotidienne du lieu et de son entretien, que de l’approche et de la gestion commerciales jusqu’à la gestion administrative et financière. Traiter toutes ces considérations de façon indépendante, constituerait une première erreur.

Soyez persuadé que la réussite commerciale de votre établissement dépend plus que vous ne le croyez de la configuration de votre banque d’accueil, du parcours auquel vous soumettez votre client depuis son entrée dans l’établissement jusqu’à sa sortie, comme de la pertinence de l’éclairage.

L’accueil :
Ne le considérez surtout pas comme un décor destiné à mettre en scène le sourire de vos hôtesses. Plusieurs situations, parfois contradictoires devraient ne jamais s’y télescoper. Un membre entrant, plein de bonne humeur et  d’énergie, ne devrait jamais y croiser un autre membre, sortant celui-ci, mais mécontent de la température des douches ce jour-là (si, si, cela arrive même dans les établissements « 5 étoiles »). Considérez une partie entrée ET une partie sortie. L’espace réservé à l’accueil doit être, en outre, en proportion du reste de l’établissement. Il doit pouvoir être occasionnellement un point central d’attraction apte à recevoir (journées portes ouvertes, par exemple), sans bousculade et dans une ambiance conviviale un nombre suffisant de visiteurs. Cette première impression de vos prospects sera déterminante pour transformer ces rencontres en abonnements.

Les vestiaires et sanitaires :
La bonne tenue de l’ensemble de vos espaces tient à une règle de base, aussi logique que méconnue : la règle des 4 pieds. La partievestiaires et sanitaires, bien que supposée n’accueillir vos clients que pour 20 % du temps total de leur présence est plus que toute autre soumise à cet impératif. Pieds sales (arrivée depuis l’extérieur), pieds secs (espaces d’activités) pieds humides (sanitaires), pieds propres (rhabillage) devraient ne jamais se croiser. Cet impératif détermine, en toute logique, non seulement la distribution de ces espaces spécifiques, mais préside à la circulation de vos membres, qui devraient donc pouvoir entrer et sortir d’un même espace par deux portes distinctes.

L’éclairage :
Il est assez fréquent de constater le peu de soin et de professionnalisme accordé à cet aspect, y compris dans certains établissements positionnés haut de gamme. La lumière, par sa nature, sa température de couleur, son
emplacement, son angle de rayonnement, est pourtant un acteur majeur de sensation comme d’architecture. Le foncier de centre-ville, par exemple, impose souvent des pièces aveugles, des espaces répartis en étages, voire  en sous-sol, pour lesquels la lumière est le seul recours pour délimiter artificiellement des zones, inciter au passage furtif dans tel espace, ou au contraire inviter à se prélasser dans tel autre. En outre, les possibilités d’éclairage sont aujourd’hui particulièrement diverses et originales pour ne pas vous priver d’y accorder le temps que mérite ce sujet. C’est sans doute sur cet aspect que vous pourriez, aussi, vous distinguer de votre principal concurrent.