Institut vendôme : quand forme rime avec santé et beauté

Institut vendôme : quand forme rime avec santé et beauté

Premier et seul centre de fitness médicalisé en France, l’Institut Vendôme propose une offre qui mêle remise en forme, santé et beauté. Un concept qui reste, plus de 40 ans après sa création, très marginal. Décryptage.

Il est des gens qui se cherchent toute leur vie. Il en est d’autres qui n’ont pas assez d’une vie pour s’accomplir. C’est sans doute un peu le cas de Georges Halatas qui a été à la fois joueur de football à l’Olympique Lyonnais, kinésithérapeute, ostéopathe et… patron du premier et unique centre de remise en forme médicalisé : l’Institut Vendôme à Lyon. « Lorsque j’ai commencé, je disposais de 120 m2 pour accueillir mes clients », se souvient cet ancien sportif. Une surface qui sera rapidement multipliée par 15 (elle atteindra 1 800 m2) avant de revenir à une dimension aujourd’hui encore très honorable de 900 m2. À l’intérieur de cet espace cohabitent pacifiquement deux centres aux offres très complémentaires : l’institut forme & santé d’un côté et l’institut de beauté de l’autre. « Perdre du poids, c’est d’abord un problème de santé. Nous proposons donc aux clients qui le souhaitent de coupler leur abonnement « remise en forme«  avec une cure d’amaigrissement comprenant, selon leurs besoins, des soins anti-cellulite, brûle-graisses, raffermissants et/ou circulatoires », explique Georges Halatas. Un département qui s’est étoffé au fil du temps d’offres plus esthétiques parmi lesquelles soins du visage, épilation, massages détente, UV et spa. Businessman Georges  Halatas ? « Il faut bien faire face à la concurrence », répond-il sans langue de bois. C’est d’ailleurs fort de cet objectif que le planning des cours collectif s’est récemment enrichi de cours plus ludiques parmi lesquels « Lia Salsa » et « Zumba ».

Un créneau très marginal qui s’ouvre progressivement à une offre plus classique

Une bouffée d’air qui a récemment permis de faire venir près de 250 adhérents supplémentaires. « Malgré notre excellent taux de réabonnement (environ 50 % ndla), nous sommes obligés de nous réinventer pour faire venir des clients plus jeunes ou qui n’ont pas de problèmes physiologiques spécifiques. Notre force réside dans le créneau très marginal que nous occupons : la remise en forme médicalisée. Nous cherchons cependant à faire comprendre qu’il n’y a pas besoin de souffrir de maux spécifiques pour venir chez nous. Bien au contraire ! Notre programme s’adresse également à tous ceux qui veulent préserver leur santé et lutter contre les méfaits de la sédentarisation de manière optimale et sans se faire mal », précise le directeur. Et s’il y a un lieu où tout cela est possible : c’est bien à l’Institut Vendôme. Fort de sa formation de kiné-ostéopathe et du groupe de réflexion dont il s’est entouré par le passé (cf. encadré), Georges Halatas a fait fabriquer des machines originales (cf. encadré) et a élaboré un cours de Gym Kiné dans l’objectif de « restituer le parallélisme des surfaces articulaires et lutter contre les méfaits de la pesanteur. » OVNI monsieur Halatas ? « Il faut croire, mais c’est dommage », répond-il humblement tout en nous expliquant qu’en plus de 40 ans de pratique, il a toujours laissé la porte ouverte à ses confrères. Mais force est de constater qu’à ce jour, la remise en forme médicalisée n’intéresse toujours personne ! « J’ai un ami avocat qui m’a fortement conseillé de déposer un brevet sur mes machines. J’ai toujours refusé afin d’en faire profiter le plus grand nombre. J’aurais été ravi de voir mes prototypes dans d’autres centres de fitness. Malheureusement, leurs plans n’ont jamais plus servi », déplore-t-il. La raison ? Le concept ne serait pas rentable.

Un accompagnement quatre étoiles

« La remise en forme médicalisée nécessite certes des équipements adaptés mais aussi et surtout la présence constante d’un personnel formé. Or le personnel coûte cher en France ! Seuls ceux qui ont de l’argent pourront s’offrir les services d’équipes compétentes et présentes. Je suis persuadé que nous nous acheminons progressivement vers deux concepts très différents dans le domaine du fitness avec une sélection par l’argent. Il y aura à terme d’un côté des clubs low cost ouverts 7 jours sur 7 dépourvus de toute surveillance, et de l’autre des clubs proposant un vrai accompagnement mais l’adhésion sera nécessairement plus élevée », prévoit le gérant de l’Institut Vendôme. S’inscrivant clairement dans cette deuxième perspective, Georges Halatas ne lésine pas sur les services proposés à ses clients. Outre le personnel qu’il a personnellement formé pour les accompagner et surveiller la bonne exécution de leurs mouvements, il leur propose également des conseils hygiéno-diététiques lors du bilan post-inscription. « Je suis un farouche opposant aux régimes ! Notre corps est composé d’un ensemble de cellules variées qui a besoin de protides, lipides, glucides, vitamines et sels minéraux pour fonctionner. L’alimentation doit être variée ! », insiste-t-il avant de rappeler que la notion de satiété est déterminée par la notion de durée et non de quantité. À ces conseils s’ajoutent, pour ceux qui le souhaitent, un bilan minceur offert sur simple visite et bien sûr des séances (cette fois payantes) d’ostéopathie. On ne renonce pas comme ça à ses premières amours…

Tarifs « remise en forme »

  • Droits d’entrée : 40 €
  • Abonnement annuel : de 695 € à 1 240 €
  • Abonnements au semestre (à partir de 515 €), trimestre (à partir de 285 €), mois (à partir de 140 €), séance (à partir de 25 €)
  • Carte de 10 séances : de 210 à 360 €
  • Formules « étudiants » et « 14h-17h »

 

Institut Vendôme : la trilogie érigée en philosophie

À l’Institut Vendôme, la remise en forme se matérialise grâce à trois supports complémentaires : la musculation, le cardio-training et la gymnastique. La santé se cultive quant à elle au travers de trois objectifs : la rééquilibration du système musculaire, la ré-harmonisation du système organique et l’optimisation du système psychologique. Enfin, la beauté se décline via l’esthétique corporelle, l’amincissement et le spa.

 

La technicité de l’Institut Vendôme

Terrain d’application de techniques issues d’un groupe de recherche vieux de 40 ans, l’Institut Vendôme a mis en évidence que le déséquilibre naturel du système musculaire causait à la fois des troubles pathologiques et un vieillissement du squelette. Fort de ces observations, il a élaboré des parades thérapeutiques et préventives dans les programmes de remise en forme. Ces dernières se déclinent lors des exercices de musculation, en cardio-training et enfin bien sûr durant les cours de Gym Kiné.

 

Un groupe de réflexion pluridisciplinaire à l’origine des équipements et du programme de l’Institut Vendôme

Pour réfléchir à son programme et à ses équipements sportifs, Georges Halatas s’est entouré de cinq spécialistes : Jean-Marcel Ferret, médecin spécialiste du sport ; le Pr Bernard Moyen, professeur de chirurgie orthopédique ; le Pr Jean-Luc Lerat, professeur de chirurgie orthopédique, le Pr Philippe Neyret, professeur de chirurgien du genou et le Dr Gilles Walch, chirurgien orthopédiste-traumatologue. Ensemble, ils ont constitué un groupe de réflexion qui a permis à l’Institut Vendôme de devenir un terrain d’application des techniques qui en ont été issues.

 

Des machines « sur mesure »

Avec son constructeur français Multiform, Georges Halatas a imaginé et conçu des machines originales capables de renforcer spécifiquement les muscles vertébraux et de réduire les méfaits des attitudes bureaucratiques prolongées. Il a également fait procéder à certaines modifications sur des machines existantes pour éliminer les inconvénients générés par une gestuelle inappropriée.