La COVID-19 ne résiste pas à l’Aqua Fitness !

La COVID-19 ne résiste pas à l’Aqua Fitness !

Une dernière étude menée par des virologues de l’Imperial College de Londres, qui est en attente d’un examen par les pairs, suggère que le risque de transmission du COVID-19 dans l’eau des piscines est « incroyablement faible ».

L’étude a examiné les effets de l’eau de piscine sur le SRAS-CoV-2, le virus à l’origine du COVID-19, afin d’évaluer le temps et le contact nécessaires pour inactiver le virus en fonction des niveaux de chlore et de pH.

La recherche a établi que 1,5 mg par litre de chlore libre, associé à un pH compris entre 7 et 7,2, réduit l’infectivité du virus de plus de 1 000 fois en 30 secondes.

Des tests supplémentaires sur différentes gammes de chlore libre et de pH ont confirmé que le chlore dans l’eau de piscine était plus efficace avec un pH plus faible. Ceci est conforme aux recommandations actuelles pour l’exploitation des piscines.

La recherche – qui a été commandée par Swim England et Water Babies – a été entreprise par le professeur Wendy Barclay, virologue et expert en virus respiratoires, avec le Dr Jonathan Brown, associé de recherche, et Maya Moshe, technicienne de recherche.

Le professeur Barclay a déclaré : « Nous avons réalisé ces expériences dans nos laboratoires à haut niveau de confinement à Londres. Dans ces conditions de sécurité, nous sommes en mesure de mesurer la capacité du virus à infecter les cellules, ce qui constitue la première étape de sa transmission.

En mélangeant le virus à l’eau d’une piscine, nous avons pu montrer que le virus ne survit pas, ce qui signifie que l’eau n’est plus infectieuse.

Ce résultat, associé à l’énorme facteur de dilution du virus qui pourrait se retrouver dans une piscine à partir d’une personne infectée, suggère que le risque de contracter le COVID-19 à partir de l’eau d’une piscine est négligeable. »