La croissance du cancer beaucoup plus lente chez les patients qui font de l’exercice !

La croissance du cancer beaucoup plus lente chez les patients qui font de l’exercice !

A l’heure d’octobre rose, l’exercice a été mis en évidence comme une arme cruciale dans la lutte des patients atteints de cancer contre la maladie.

Des recherches menées par l’Edith Cowan University (ECU) de Perth, en Australie, ont révélé que les myokines – des protéines sécrétées dans le sang pendant l’exercice – peuvent supprimer la croissance des cellules cancéreuses et déclencher des mécanismes qui les détruisent.

Dans le cadre d’un essai clinique, des patients obèses atteints d’un cancer de la prostate ont suivi un entraînement physique régulier pendant 12 semaines, en donnant des échantillons de sang avant et après le programme d’exercice.

Les chercheurs ont ensuite prélevé ces échantillons et les ont appliqués directement sur des cellules cancéreuses vivantes de la prostate.

Le professeur Robert Newton, qui a supervisé la recherche, a déclaré que les résultats aident à expliquer pourquoi le cancer progresse plus lentement chez les patients qui font de l’exercice.

« Les niveaux de myokines anticancéreuses des patients ont augmenté au cours des trois mois de l’étude », a-t-il déclaré.

« Lorsque nous avons pris leur sang avant et après l’exercice et l’avons placé sur des cellules cancéreuses de la prostate vivantes, nous avons constaté une suppression significative de la croissance de ces cellules à partir du sang après l’entraînement.

« C’est un résultat important, qui indique que l’exercice régulier crée un environnement anticancéreux dans l’organisme. »

Alors que les myokines signalent aux cellules cancéreuses de se développer plus lentement – ou d’arrêter complètement leur croissance – elles étaient incapables de tuer les cellules par elles-mêmes.

Cependant, les myokines peuvent s’associer à d’autres cellules du sang pour combattre activement le cancer.

Le responsable de la recherche, Jin-Soo Kim, a déclaré : « Les myokines en elles-mêmes ne signalent pas aux cellules de mourir, mais elles signalent à nos cellules immunitaires – les cellules T – d’attaquer et de tuer les cellules cancéreuses. »

L’étude s’est concentrée sur le cancer de la prostate, car il s’agit du cancer non cutané le plus répandu chez les hommes et du nombre élevé de décès chez les patients.

Le professeur Newton a toutefois déclaré que les résultats pourraient avoir un impact plus large.

« Nous pensons que ce mécanisme s’applique à tous les cancers », a-t-il déclaré.

Les résultats de l’étude ont été publiés dans un rapport – intitulé Myokine expression and tumour-suppressive effect of serum following 12 weeks of exercise in prostate cancer patients on ADT – qui a été publié dans Medicine and Science in Sports and Exercise.

1 commentaire
  1. CARBETY

    Pour moi….après avoir eu un cancer il y à 4 ans…la natation est un vrai bonheur chaque matin une heure pour la santé et le moral…..

Les commentaires sont fermés.