La génération Z est 20 % de plus susceptible d’utiliser les clubs en entreprise !

La génération Z est 20 % de plus susceptible d’utiliser les clubs en entreprise !

La plateforme de bien-être en entreprise Gympass a publié un nouveau rapport intitulé « State of Work-Life Wellness ».

Après avoir interrogé plus de 9 000 employés dans neuf pays (Royaume-Uni, États-Unis, Brésil, Mexique, Argentine, Chili, Italie, Espagne et Allemagne), le rapport révèle qu’une nouvelle économie de la santé est née, dans laquelle les employés accordent une plus grande importance au bien-être personnel, en particulier les membres de la génération Z.

La bonne nouvelle est que, globalement, au Royaume-Uni, 67 % des employés se sentent heureux dans leur travail et 70 % estiment que leur travail leur laisse le temps de s’occuper de leur bien-être.

Les résultats ont montré que les répondants de la génération Z – ceux âgés de 18 à 24 ans en 2022 – sont plus heureux au travail que les plus de 55 ans (75 % contre 60 %). Dans l’ensemble, les membres de la génération Z sont trois fois plus susceptibles d’accorder de l’importance au bien-être au travail que leurs collègues plus âgés, 89 % d’entre eux étant prêts à quitter l’entreprise pour laquelle ils travaillent si elle n’est pas axée sur le bien-être.

La recherche du bien-être a également fait que les membres de la génération Z sont 20 % plus enclins à s’engager dans des programmes d’avantages sociaux que leurs collègues plus âgés.

« La pandémie a changé l’approche des gens en matière de bien-être, mais il semble que ce changement ait été le plus ressenti par les jeunes travailleurs », a déclaré Luke Bullen, responsable du Royaume-Uni et de l’Irlande chez Gympass. « Cette génération donne la priorité au bien-être et fait le point sur ce qu’elle attend de son emploi. Aujourd’hui, les jeunes ne se contentent pas d’emplois qu’ils jugent insatisfaisants ou potentiellement nuisibles à leur santé et ils n’hésitent pas à partager ces attentes avec leurs employeurs. »

Le rapport suggère que l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée est en fait une « utopie mythique », la poursuite d’un tel concept conduisant à la frustration des employés car il est inatteignable.

« Les lignes entre le travail et la vie sont floues, malgré les plus vaillants efforts pour les séparer », peut-on lire dans le rapport. « Il est temps de permettre au travail de jouer le rôle vital qui lui revient dans notre bien-être général. »

Le « bien-être entre vie professionnelle et vie privée » est cité comme la solution, décrit comme « un état atteignable de bien-être corps-esprit qui se trouve à l’intersection de la vie et du travail » où « les expériences de vie au bureau et en dehors interagissent au profit du bonheur, de la santé et de la performance des employés ».

D’après les résultats, 83 % des personnes interrogées estiment que leur bien-être est aussi important que leur salaire, plus d’un tiers d’entre elles pensent que leur employeur ne fait pas preuve d’engagement envers leur bien-être et 85 % sont plus susceptibles de rester dans leur poste actuel si leur employeur se concentrait davantage sur le bien-être.

Alors que le salaire est considéré comme l’élément le plus important pour tout poste professionnel, les avantages liés au bien-être arrivent en deuxième position et la progression de la carrière en troisième position, suivie par les pratiques de travail flexibles, l’attribution de vacances/jours fériés et l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Laisser un commentaire