L’aquabike… Une transposition plus que parfaite !

L’aquabike… Une transposition plus que parfaite !

S’il existe une activité fitness plebiscitée pour son efficacité physique et éducative depuis plus de vingt ans et en constante evolution, c’est sans conteste l’entraînement collectif sur velo stationnaire, appelé en anglais le cycling ou encore le biking : c’est une methode d’entraînement en salle venue tout droit de Californie sous le nom initial de « Spinning® » marque déposée.

Ce concept d’entraînement tire son origine de l’invention par Jonathan Goldberg, coach de salle de sport sud-africain, des premiers cours collectifs de vélo « indoor », vers 1991 en Californie. Ce dernier, voulant remporter la fameuse course d’endurance cycliste de 889 km, la « race across america », transforma un vélo d’appartement avec toutes les fonctions d’un vélo de course, ce qui lui permit d’organiser un entraînement d’abord seul puis à plusieurs dans son garage sans avoir à effectuer de trop longues sorties avec leurs aléas climatiques. Le Spinning était né, avant d’envahir ensuite l’Europe, en 1995. Le credo de Goldberg était le RPM (Row Power in Motion) ou Puissance Brute en Mouvement.

Le milieu de la remise en forme aquatique, qui essaie toujours de reproduire toutes les activités phares du monde du fitness, ne pouvait pas laisser échapper un tel phénomène. En effectuant ce copier-coller, l’élève ne pensait pas dépasser le maître. Puisqu’il se serait vendu en Europe plus de vélos aquatiques que de body-bikes entre les années 2016 et 2018. Mais la surprise des initiateurs du concept de l’aquabike ne s’arrête pas seulement à ce volume économique.

L’aquabike est né en Europe et son histoire est plus récente. Quoique… Car Bruno Nicolleti de la société cardi’eau s’y était essayé en 1989. Ce qui est étonnant, c’est qu’il n’ait été exporté aux États-Unis qu’en 2015. C’est en 1997 qu’un brevet pour un vélo aquatique est déposé par Lydie Galasso, kinésithérapeute, et Pépito Alvarez, ancien cycliste professionnel. La version aqua-cycling pour des cours collectifs sera entreprise en italie au début des années 2000 par la société Hydrorider.

 

 

 

 

 

 

 

 

D’un concept porté vers un concept super porté

Nous connaissons tous les avantages de la pratique du vélo : sport santé par excellence parce que porté, techniquement simple et capable de s’adapter à tous les niveaux physiques. Mais lorsque le vélo est immergé dans l’eau, dans un contexte aquafitness, en mode collectif et mis en scène par un coach dédié, tous ses avantages sont décuplés.

Valeurs communes :

  •  Augmentation des capacités cardiovasculaires
  • Renforcement des membres inférieurs
  • Dépenses énergétiques et caloriques importantes
  • Ludique, entraînant et sans traumatisme

Valeurs spécifiques du Body Bike :

  • Développement de la force et de la puissance des membres inférieurs
  • Fort gainage pendant les accélérations
  • Développement de la force mentale

Valeurs spécifiques du vélo aquatique :

  • Lutte contre la cellulite et augmente l’esthétique corporelle des jambes
  • Préserve les articulations
  • Sans courbatures et convient au plus grand nombre

Prolonger l’expérience Aquabike

Après une forte croissance entre 2010 et 2016, l’expérience aquabike arrive aujourd’hui à maturité. Son volume d’activité a été tel en Europe, que l’on peut craindre une première phase de stagnation. Aujourd’hui, le concept vit des efforts technologiques déployés par les fabricants qui ont permis l’émergence de vélos sophistiqués et de plus en plus adaptés à leur environnement comportant entre autres un système de résistance. Après une phase de stagnation, on peut malheureusement craindre un déclin, et ne s’en remettre qu’aux seuls fabricants pour perpétuer la discipline serait une erreur. En attendant des innovations pour accroître son attractivité (tels des capteurs d’intensité ou encore des éléments à forte valeur ajoutée comme l’augmentation des effets massants et drainants pendant le pédalage), il revient aux coachs aquafitness, premiers ambassadeurs de la discipline, de parfaire leurs niveaux professionnels pour encore mieux vanter les mérites de cette merveilleuse activité physique pour tous.

Éviter de s’éloigner de l ’original…

Pour cela, il convient de ne pas trop s’éloigner de l’original, le Spinning, travailler sur la synergie de groupe, sa cohésion et la solidarité entre aquabikers et surtout comme le préconise son concepteur : « développer la force mentale » en utilisant des supports musicaux originaux et entraînants. Toutes les études prouvent que la musique influence la performance.

Dernier conseil

N’oubliez pas de préciser les objectifs de chacune de vos séquences pour ne pas faire pédaler vos aquabikers dans le vide, « l’esprit agit sur le corps », c’est encore Jonathan Goldberg qui le dit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Marc Thomas

contact@aquafibi-formations.com

Concepteur de l’aquafibi, inventeur de l’hyDrofibi, cofondateur de l’enseigne thalaform