Le groupe Fitlane face au régime des auto-entrepreneurs !

Le groupe Fitlane face au régime des auto-entrepreneurs !

Depuis plusieurs mois le leader du marché du fitness azuréen fait face à de nombreuses rumeurs… Mais qu’en est-il vraiment ?

Contrairement aux nombreux bruits qui se sont propagés dernièrement – notamment « Faux bilan », « travail dissimulé » – l’enseigne de fitness et ses 8 clubs ne sont aucunement menacés de fermeture administrative.

L’inspection du travail des Alpes-Maritimes a d’ailleurs rapidement démentie cette information tout en confirmant l’ouverture d’une enquête en février 2014 mais qui n’a pas « relevé d’éléments frauduleux ».

Une procédure reste ouverte aujourd’hui concernant le recours à des auto-entrepreneurs pour certains cours collectif. Ce dernier ne représente que 9 % de la masse salariale globale de FITLANE. « Ce sont des spécialistes qui vendent à Fitlane (comme à d’autres clubs) leurs prestations en clubs. Ça peut être quelques heures par semaine, parfois par mois, ça reste très ponctuel », justifie l’avocat de l’enseigne de Fitness, Me Damien Fehlmann. L’URSSAF demande la re-qualification de ces travailleurs indépendants. Rappelons que Fitlane emploie par ailleurs plus de 110 salariés.

C’est donc bien une divergence d’appréciation que devra trancher le tribunal des affaires de sécurité sociale (Tass). Une décision très attendue car elle pourrait faire jurisprudence pour les nombreux clubs en France qui ont également recours aux auto-entrepreneurs.

Pour le moment, Hans Peter Franklin, le p.-d.g. de Fitlane tient à rassurer ses adhérents : « La société marche bien et nous poursuivons nos projets d’ouvertures de nouvelles salles. »