Le yoga, une discipline complémentaire du fitness

Le yoga, une discipline complémentaire du fitness

Pourquoi faudrait-il toujours choisir une activité au détriment d’une autre, en l’espèce le fitness au détriment du yoga ? Complémentaires, ils permettent de concilier forme physique et détente psychique. La preuve.

Codifié autour du IVe siècle par Patañjali, le yoga est une discipline qui vise le mental et, à travers lui, le corps, pour atteindre le spirituel. “La spiritualité n’est pas une pratique mais une convergence. Quand le corps et le mental sont sains, on entre alors dans un état de clarté intérieure : c’est cela le seuil de la spiritualité”, enseigne Faeq Biria, fondateur et directeur du Centre de yoga Iyengar de Paris et formateur international à l’enseignement. Initié dès son plus jeune âge aux arts mystiques d’Orient, ce scientifique de formation s’inscrit en revanche en faux contre les déviances sectaires et autres “pratiques secrètes” qui gravitent autour de cette discipline. “Certains soi-disant maîtres yogis proposent d’enseigner la lévitation.

Leurs élèves repartent de ces séances allégés de 600 $ avec, en prime, le bassin et la colonne en vrac. Ça fait cher payé pour rester cloué du sol !”, ironise ce yogi de 68 ans avant de rappeler qu’exécuté correctement, le yoga ne peut causer aucun dommage. Mieux, il améliore la condition physique de ses pratiquants. À l’instar du fitness ? Pas tout à fait. “Le fitness se concentre exclusivement sur le corps. Tout ce qui touche le psychologique, le mental et l’intellect, c’est du bonus”, répond-il. De là à dire que ces deux activités sont complémentaires, il n’y a qu’un pas que ce formateur d’enseignants franchit volontiers.

FITNESS / YOGA : LA RÉCONCILIATION

En Chine, tous les arts martiaux tels que le yoga, le tai-chi ou le qi gong sont désormais estampillés “pratiques de vieux”. Conséquence : ils sont boutés hors des clubs de fitness alors qu’auparavant ils se complétaient très bien. À écouter Faeq Biria, la situation est identique en Inde. “On trouve de plus en plus difficilement des écoles de yoga traditionnelles proposant des activités avec poids légers et haltères. L’offre est clivée. Pendant que les écoles de yoga se concentrent sur les postures, les clubs de fitness modernes proposent des machines à leurs adhérents.

C’est une hérésie !” De plus en plus d’athlètes semblent en tout cas avoir compris l’importance de réconcilier ces deux disciplines. Preuve en est : nombreux sont ceux qui poussent les portes du Centre de yoga Iyengar de Paris. Leur objectif : éviter tendinites, élongations ou déchirures musculaires, apprendre à mieux respirer, booster leur mental, ou, plus simplement, faire baisser leur niveau de stress autrement qu’en sécrétant de l’endorphine, grâce aux techniques de relaxation. Mais, là encore, gare aux raccourcis. Selon le directeur de ce Centre, la méditation n’a rien d’un exercice banal. C’est même tout le contraire: il s’agit en réalité d’une synergie totale de concentration et de prise de conscience nécessitant une certaine pratique avant d’y parvenir.

managed~yoga2

DES ACTIVITÉS COMPLÉMENTAIRES A ESPACER

Si Faeq Biria recommande aux pratiquants de concilier fitness et yoga, il déconseille en revanche de pratiquer ces deux disciplines l’une après l’autre. “Le yoga étire les muscles alors que le fitness les contracte. Le risque, en enchaînant les séances, est d’effectuer un travail antagoniste nul voire négatif sur le plan musculaire”, justifie-t-il. Selon ce spécialiste, il faut donc espacer les séances à raison d’une le matin et une l’après-midi, ou les intercaler à raison d’un jour sur deux pour que les muscles profitent et enregistrent les nombreux bienfaits générés par la pratique conjointe du yoga et du fitness. Pour ceux qui douteraient encore de l’intérêt de les conjuguer, ce maître yogi suggère de regarder du côté de Sharon Stone et George Clooney. Suffisamment éloquente, leur silhouette se passe de tout commentaire !

APPRENDRE A RESPIRER PENDANT L’EFFORT

Durant l’effort, le muscle a besoin de recevoir de l’oxygène. Cependant, nombreux sont les sportifs qui respirent mal. Reposant sur des techniques de respiration, la pratique du yoga peut s’avérer être une aide extrêmement utile pour ceux-là. La respiration yogique possède en outre de nombreux autres avantages pour l’organisme parmi lesquels l’élimination des tensions et des toxines.

RÉCUPÉRER PLUS VITE GRÂCE AU YOGA

Si le fitness vise à la dépense calorifique, le yoga permet de récupérer plus rapidement : les techniques de relaxation profonde et de lâcher-prise procurent un effet de récupération direct qui défatigue le corps et aide à stabiliser le niveau énergétique du corps. “La pratique du yoga est en outre la meilleure méthode d’amincissement, mais cela passe à travers un travail psycho-physiologique plutôt que physique”, ajoute Faeq Biria.

LA MÉTHODE IYENGAR

L’enseignement du yoga selon BKS Iyengar est basé sur la pratique approfondie des asanas (les postures de yoga) et du pranayama (la respiration yogique). Il se caractérise par :

> L’attention portée sur l’alignement des différentes parties du corps dans l’espace.

> L’organisation des postures en séquences. >L’emploi de supports (sangles, briques, couvertures, chaises, cordes…). > Le rôle majeur attribué à la pratique des postures inversées. Cette méthode met particulièrement l’accent sur le développement de la force, la souplesse, l’endurance, la vitesse et l’alignement correct du corps, et, enfin, sur la relaxation. Les postures debout sont très importantes : elles rendent les jambes puissantes, augmentent la souplesse et la vitalité générale, débloquent la colonne vertébrale, et améliorent la circulation énergétique du corps ainsi que la coordination et l’équilibre. Cet enseignement fait également la part belle à la “méditation dans l’action”. Durant les postures, le mental est concentré sur l’action de la posture et les mouvements de la respiration. À mesure que le mental s’unit au corps et au souffle, les pratiquants atteignent un état méditatif. L’exploration de soi intervient à travers la découverte et le relâchement des tensions physiques et des résistances psychologiques. À l’aide d’une pratique régulière, la capacité des élèves à se concentrer et à se relaxer augmente et la conscience intérieure s’améliore.

Sandra Franrenet