L’espace c’est vital !

L’espace c’est vital !

Je ne vous étonnerai pas beaucoup en vous disant que l’homme et son environnement interagissent. Avant même d’être membres de votre club, vos clients sont confrontés à plusieurs types d’environnements, définis par 4 niveaux, du plus large au plus resserré : l’environnement global (la société, l’écosystème), le macro-environnement (la ville, les espaces collectifs publics), le méso-environnement (le quartier, le lieu de travail), et, enfin, le micro-environnement qui concerne tout espace privatif (la maison, le poste de travail). Votre club appartient au méso-environnement, c’est-à-dire ce qui touche à un espace de proximité partagé, et qui régit les relations interpersonnelles.

Votre club est un espace destiné à accueillir des individus qui doivent partager des zones communes pour y accomplir des activités, des gestes individuels, et ce, en toute sécurité, confort, et harmonie. En votre qualité de dirigeant de club, vous êtes, en quelque sorte, le maire d’une commune dont vous allez devoir gérer des agencements d’espaces qui s’apparentent à du micro-urbanisme, tout en vous assurant que tous vos “administrés” vivent le partage de divers territoires (accueil, vestiaires, salles d’activités, etc.) de la façon la plus fluide possible. Pour y parvenir, je vous invite à considérer deux notions que j’ai évoquées lors de la dernière conférence Fitness Challenges à Aix-en-Provence, et sans lesquelles la réussite de votre club est compromise.

L’ESPACE INDIVIDUEL

Depuis la nuit des temps, chaque être humain dispose d’un espace vital nécessaire à sa survie. De façon native, c’est un territoire, autour de lui, interdit à un membre de la même espèce. Il va de soi que selon les époques, et le type de société, cette notion est variable. Vous devez toutefois toujours la considérer, tant sur le plan physique, que psychologique. Si chacun dispose, autour de lui, d’une “zone de vie”, l’espace entre deux individus définit alors la distance “relationnelle”. Cette distance tend à se réduire selon le degré d’intimité des individus. Mais, dans votre club, tenez compte que selon l’heure et les activités, vous pouvez conduire des individus à supporter une distance relationnelle qui n’est pas celle qu’ils auraient établie par eux-mêmes, s’ils avaient eu le choix. On entre alors ici dans tout ce qui touche au confort psychologique de vos membres, ou, a contrario, à leur inconfort. Pour résoudre au mieux l’équation de l’espace statique, considérez les lieux où vos membres sont dans une attitude figée (vestiaires, zone personnelle en activité, sanitaires, zone d’attente), en prenant soin d’évaluer des distances de proximité “supportables”.

L’ESPACE COLLECTIF

Si l’espace statique est relativement simple à aborder, l’espace dynamique est une question plus complexe, car elle touche à l’occupation collective d’un lieu, accueillant des individus en mouvement. Autant dire : la problématique générale de circulation de votre club, tant dans les zones de passage, que dans les zones d’attente, ou les zones d’activités. On touche là à l’ergonomie générale de votre club, compte tenu du fait que les individus qui l’occupent ne sont pas tous dans la même séquence (action, repos, déambulation, attente, etc.), et que tout doit être fait pour éviter les télescopages d’individus tant lors des entrées- sorties de chaque zone, que lors de leur circulation propre. La solution de base à cette problématique tient à un concept que j’ai souvent évoqué et qui, je l’espère, deviendra familier au plus grand nombre avec le temps : la règle des 4 pieds (voir article Fitness Challenges no 1). Cette règle (pieds sales, humides, propres, secs) définit à elle seule l’agencement d’un circuit de circulation générale, de nature à faciliter le choix d’implantation des diverses zones entre elles, forçant ainsi une circulation logique et cohérente.

INTERACTIONS ET SENSATIONS

J’aimerais vous convaincre de ne pas sous-estimer combien les aspects environnementaux déterminent le rapport que votre membre entretient avec votre club, plus encore que la qualité d’un matériel ou d’une prestation sportive. Les processus d’interaction entre vos membres et l’environnement que vous leur proposez, mettent en action tous leurs sens, leurs perceptions visuelles, sensitives, haptiques. Cela est source d’émotions, de bien-être, ou d’inconfort. Cela induit aussi de leur part des attitudes et des comportements. Et, pour conclure, cela est de tout premier plan un facteur de réabonnement… ou une invitation à aller voir ailleurs.

aeidel