Management & leadership : êtes-vous celui la ?

Management & leadership : êtes-vous celui la ?

Dans un contexte économique plutôt mitigé, les centres de remises en forme tentent de trouver différents moyens pour améliorer leur chiffre d’affaires, souvent avec des effets attendus à court terme ne permettant pas de créer une situation pérenne pour leur club et leur personnel.

Cette situation dépend certes d’éléments multifactoriels d’ordre économique, mais force est de constater que, dans un grand nombre de cas, la partie ressources humaines est négligée. Encore aujourd’hui, un certain nombre de patrons de structures de remise en forme, ainsi que des managers, pensent que des campagnes de communication ou de marketing suffisent pour appâter le client. Or, si votre marketing ne correspond pas au service que vous proposez, ou si votre prestation est bien en dessous de la promesse affichée, cela risque de ressembler à une coquille vide. La conséquence est immédiate car le “client n’est pas dupe”, et la structure risque de perdre en crédibilité très rapidement. L’achat d’appareils ou de nouveaux cours peut suffire à modifier la situation économique du club, en partie, et temporairement, mais cette stratégie a rarement d’effets bénéfiques pérennes !

Pourquoi ?

Quand nous abordons la notion de service, il semble essentiel de l’associer à l’humain : l’ensemble des cours, l’accueil, l’animation des plateaux cardio et musculation, ainsi que les conseils donnés aux clients sont dispensés par des enseignants qualifiés. Cela resitue également l’importance d’avoir une équipe d’enseignants motivés comme une valeur ajoutée au sein de l’entreprise. Bien que diriger ne soit pas toujours une mission facile, la première difficulté que rencontre le manager de structure commence souvent par sa capacité à recruter du personnel qualifié. Cela conduit à une question essentielle : les managers ou les patrons de salle ont-ils toutes les clés, l’expérience et la bonne formation pour pouvoir exercer ces fonctions ? La réalité, c’est que certains patrons ou managers n’auraient pas toutes les qualités de meneurs, alors qu’elles seraient souvent associées à la capacité de donner une orientation à son club ainsi qu’aux personnels encadrants. Le titre de manager est avant tout un statut, et il trouve son fondement dans l’organisation hiérarchique de l’entreprise. Dans les petites et moyennes structures, c’est parfois le patron lui-même qui exerce la fonction de manager. Par définition, il est alors le chef imposé à l’ensemble de l’équipe. Plus fréquemment, le manager est désigné par le responsable de la structure.

Cela nous indique que vous pouvez être un manager désigné mais ne pas être à la hauteur et ne pas faire l’unanimité dans votre équipe. Bien entendu, ce type de situation n’est pas sans conséquence, l’émergence de conflits internes ayant des effets sur les relations entre les salariés. Ces tensions risquent de transparaître aux yeux de la clientèle. Dans de nombreuses structures, quand le manager constate des difficultés ou son incapacité à gérer des situations de conflit ou de gestions de personnel, ainsi que le traitement des objections des salariés ou des adhérents, il pourrait avoir tendance à se rigidifier. Le manager lui-même peut alors devenir la source de conflits au sein de la structure. Pour rappel, le manager devrait avoir le rôle du capitaine de bord. C’est à lui que revient de donner l’orientation et le cap à suivre que ce soit sur le plan opérationnel ou structurel. Force est de constater que bon nombre de managers naviguent à vue sans pouvoir proposer une vision à moyen ou long terme. Dans ce cas, comment est-il concevable de créer un climat de confiance et rassurant auprès de l’équipe si les moyens ne sont pas présents pour créer un projet commun permettant d’impliquer l’ensemble du personnel.

Une solution, c’est d’avoir un manager leader !  mourad

Oui, leader, car il n’est pas désigné mais reconnu comme tel par les membres de l’équipe pour ses différentes qualités. Il ne s’agit plus alors d’un statut mais d’une reconnaissance liée, entre autres, à sa capacité à nouer des relations avec les autres membres de l’équipe. Les caractéristiques que l’on pourrait trouver au manager leader pourraient inclure : capacité à motiver, encourager, proposer des solutions, être un moteur pour le groupe, créatif, visionnaire…

Capable d’écouter attentivement les propositions que l’on pourrait lui faire avant que toutedécision soit prise. Cela implique la collaboration avec les autres membres du groupe, et aussi de stimuler la force de proposition et l’engagement de ses collègues. Capacité à prendre ses responsabilités et à se remettre en question pour évoluer. Empathie: il s’agit d’une des qualités que l’on retrouve par le témoignage de la reconnaissance sur le travail bien fait, et qui permet ainsi d’encourager les collaborateurs dans leurs tâches quotidiennes. Ces aspects sont souvent négligés et ont pour conséquence à moyen terme de démotiver les membres de l’équipe. Si l’ensemble de l’équipe s’oriente dans la même direction, il est plus simple de diriger et cela dans tous les sens du terme.

Pour éviter les confusions, il est sage d’indiquer que le cadre est obligatoire pour ce type de fonctionnement et que l’ensemble doit être animé avec rigueur. Pour éviter tout amalgame, la rigueur est nécessaire pour mener un projet à bien, mais il ne faut pas la confondre avec la rigidité. La rigueur est définie par un cadre, mais permet de la flexibilité. Au contraire, la rigidité n’implique aucune possibilité de mouvement et encore moins la possibilité de changement. Les entraîneurs ou préparateurs physiques savent qu’une bonne stratégie et une programmation rigoureuse de l’entraînement sont indispensables pour permettre à leurs athlètes d’atteindre leurs objectifs. Ce modèle pourrait également s’appliquer à l’entreprise.