Nos 5 idées contre les vestiaires étriqués

Nos 5 idées contre les vestiaires étriqués

Avez-vous déjà fait l’expérience des vestiaires encombrés ? Alors vous savez combien il est désagréable de se retrouver nez à nez avec les fesses de votre voisin s’apprêtant à se doucher… Essayons de limiter cette promiscuité.

Il paraît qu’en France, la surface moyenne réservée aux vestiaires dans les clubs de fitness n’équivaut qu’à une dizaine de pourcents du total. La portion congrue ! Nos voisins allemands, britanniques et italiens font plus de cas que cela de la zone où l’on se déshabille, s’habille, se douche, et se rhabille – a minima. Les clubs dans ces pays, tenez- vous, réservent environ un quart de leurs locaux aux vestiaires. Un quart… c’est aussi la part du temps moyen passé par la clientèle dans cet endroit.

On dit aussi qu’une très grande majorité des chaînes françaises sont atteintes de cette atrophie du vestibule. Vos membres qui, après avoir sué, s’attendent à se changer et à se relaxer, se retrouvent engagés dans une partie de Twister, ce jeu où l’on tord bras et jambes par-dessus et par-dessous d’autres personnes pour toucher des pastilles de couleur. Qu’on se le dise : si vous décidez finalement de rendre ce moment plus agréable pour vos adhérents, il est (presque) trop tard.

Nous avons demandé à Alain Eidel, expert reconnu en aménagement de salles de fitness, et plus particulièrement de vestiaires, ce qu’il préconisait pour soulager ces zones qui, aux heures de pointe, franchissent clairement le rubicond. Sa première réaction : “C’est compliqué, car si les vestiaires n’ont pas été conçus à la base pour les heures de grande affluence, le problème ne peut pas se résoudre.” Une fois le club installé, les murs deviennent difficilement extensibles. A fortiori en milieu urbain, dense, et cher. Mais, en cherchant bien, quelques leviers restent encore à activer.

  1. DÉPLACEZ CERTAINS COURS COLLECTIFS

Si l’on ne peut pas bouger les murs, bougeons les cours. La bonne gestion des flux est, après le manque d’espace, l’autre raison de la surpopulation entre 17 heures et 20 heures. Dans ce créneau très prisé, deux cours commencent en même temps, quand ce n’est pas le premier qui laisse place au second. Bilan, côté vestiaires : deux “classes” complètes se préparent en même temps. Dans l’autre scénario, l’une se déshabille et l’autre se prépare. C’est la cacophonie. La solution était juste là, devant vous. Plutôt que d’imposer à vos membres de se chevaucher, appliquez cela à vos cours ! Session Zumba® à 18 h 30 et TRX® à 19 h 00. Alain Eidel va plus loin. “Les cours qui fédèrent le plus de monde, mettez-les plus tard. Ceux qui les veulent vraiment viendront.” Il garantit que ce système est populaire en Espagne.

  1. INCITEZ FINANCIÈREMENT VOS CLIENTS

Non, il ne s’agit pas de pots-de-vin ! Les pratiques suivantes ont plutôt cours dans le low cost. Par exemple, certains clubs rabotent le montant du forfait des adhérents qui s’entraînent entre 14 h 30 et 17 h 30. De cette façon, les flux sont mieux étalés sur la journée et l’on évite le bouchon du début de soirée. L’effet induit – et positif – de cette mesure est d’attirer des personnes plus âgées en matinée et en journée – surtout si une offre de cours collectifs adaptée est proposée. Cette clientèle, retraitée, préfère profiter de sa liberté quand il y a moins de monde. Certains clubs d’aquabike – une activité prisée par ces personnes –, affichent complet dès 9 heures du matin ! L’autre idée pour désengorger les vestiaires aux heures de pointe est de rendre la douche payante. Cette mécanique est utilisée, à l’origine, pour abaisser au maximum le forfait mensuel et constituer un prix d’appel attractif. Quelques clients pourraient préférer se doucher chez eux, libérant un peu de place à 19 heures.

  1. PROPOSEZ DES SERVICES PREMIUMS

Vestiaire privatisé, douche personnelle, et grand casier… Présenté ainsi, cela paraît irréaliste. Pourtant, certains clubs – très rares, il est vrai – offrent un service de vestiaires “VIP”. Cette option payante garantit un accès à un espace personnel privilégié. Réservé aux enseignes haut de gamme, ce type de formule “soigne particulièrement la relation clients, car ils sont contents de se changer et de ressortir avec le sourire”, commente Alain Eidel. Mais pour réduire le surpeuplement plus efficacement et pour moins cher, un autre service existe : le casier consigne. Loué à l’année, cet espace accueille les affaires de sport de l’abonné, réduisant son temps de passage dans le vestiaire ainsi que la taille de son sac. Dans les clubs prestigieux, un service de conciergerie et de pressing peuvent y être adossés…

  1. SUPPRIMEZ LES VESTIAIRES CLASSIQUES

L’idée n’est pas d’abattre les vestiaires pour mettre fin à leur encombrement, mais plutôt de modifier leur conception. Certaines chaînes ont expérimenté avec succès les box individuels. Cet espace personnel isole l’adhérent qui peut jouir d’un instant de repos bien à lui. Une fois changé, il entrepose ses vêtements dans un casier de taille réduite, disposé dans un couloir. Alain Eidel considère que “ce système, même s’il a ses limites quand on a beaucoup de clients, offre une grande fluidité car celui qui ne prend pas sa douche n’encombrera pas le vestiaire”.

  1. DIMENSIONNEZ VOS VESTIAIRES JUSTEMENT

Pour les managers dont le club est en projet, précisons-le quand même : il est primordial d’offrir un niveau de service à la hauteur des espérances de vos clients. Le vestiaire est le point névralgique de votre club. Il est la dernière impression laissée à vos adhérents. Et pour qu’ils se réabonnent, autant qu’elle soit bonne.

Thomas Pontiroli