Nouveau rapport SafeACTiVE : Faibles niveaux de risque de COVID-19 dans les clubs de fitness européens.

Nouveau rapport SafeACTiVE : Faibles niveaux de risque de COVID-19 dans les clubs de fitness européens.

Depuis mars 2020, le secteur européen du fitness et de l’activité physique traverse la période la plus difficile de son histoire. La pandémie et les mesures nécessaires mises en œuvre par les autorités nationales et européennes pour protéger la société du Covid-19 ont eu un impact négatif sur la santé et le bien-être physique, social et mental des Européens. Les institutions académiques partenaires d’EuropeActive à travers l’Europe, ainsi que les autorités sanitaires nationales, font état de baisses alarmantes des niveaux d’activité physique et d’une anxiété croissante causée par l’incertitude de circonstances en perpétuel changement et indépendantes de notre volonté.

Pour s’assurer que les mesures publiques de lutte contre le coronavirus ne génèrent pas d’effets secondaires, préjudiciables à long terme à la santé publique en Europe, il est essentiel que la société européenne, et notamment les autorités de santé publique, veillent à ce que le public ait la possibilité de pratiquer une activité physique régulière. Le secteur du fitness et de l’activité physique est remarquablement efficace pour motiver les citoyens de tous âges et de tous horizons à pratiquer une activité physique de diverses manières adaptées à leur vie personnelle. C’est pourquoi il est essentiel que les clubs de fitness et de santé européens restent ouverts pour accueillir les dizaines de millions d’Européens qui considèrent leur club de fitness local comme leur lieu d’exercice préféré. Ce faisant, chacun peut bénéficier des effets positifs de l’activité physique sur le bien-être physique et mental et, ce qui est important ici, sur la fonction immunitaire.

Sous la direction et la coordination des associations professionnelles de notre secteur, notre industrie en Europe a clairement agi en tant que « citoyens actifs » socialement responsables de nos communautés pendant la pandémie. Nous avons veillé à ce que l’environnement dans lequel le public s’exerce sur nos sites soit sûr et que les normes d’hygiène des installations de fitness soient les meilleures au monde. Cette perspective sociale et cette responsabilité de notre secteur ont été essentielles pour que la société et les décideurs politiques aient confiance en notre secteur depuis mars 2020. Cela a été décisif pour nos dialogues avec les décideurs politiques et les autorités pendant la pandémie. Elle ouvre la voie au rôle important que notre secteur devrait jouer dans la reconstruction et l’amélioration de la santé publique en Europe pendant et après cette période difficile.

Ce deuxième rapport THINK Active a pour objectif de déterminer dans quelle mesure les salles de sport, les clubs de fitness et les centres de loisirs offrent aux individus un environnement sûr pour pratiquer une activité physique pendant la pandémie de COVID-19. Ce rapport complet, qui utilise des données provenant de l’ensemble du secteur de la santé et du fitness en Europe, a examiné les cas signalés de COVID-19 par rapport au nombre de visites sur une période de 11 mois. Le taux d’incidence autodéclaré de cas positifs de COVID-19 était de 0,88 cas pour 100 000 visites pour les ensembles de données combinés de l’étude SafeACTiVE #2 et ukactive. Ce chiffre a été obtenu à partir d’un échantillon total de plus de 185,8 millions de visites dans 9 pays. Ces données – bien qu’autodéclarées – suggèrent que les clubs de fitness et les centres de loisirs (où les mesures d’atténuation standard de l’industrie sont en place) continuent d’offrir des espaces publics sûrs pour faire de l’exercice, avec peu de cas autodéclarés de COVID-19.

Un partenariat d’équipes de recherche et d’évaluation du Centre d’études sportives de l’Université King Juan Carlos (Espagne), du Centre de recherche avancée sur le bien-être de l’Université Sheffield Hallam (Royaume-Uni) et de l’Institut de recherche ukactive ont travaillé ensemble sur ce rapport de THiNK Active, le centre de recherche d’EuropeActive ́. Ils ont employé des méthodes de collecte de données robustes et leurs conclusions sont cohérentes avec celles des sources de santé publique.

Le rapport ici :