Pourquoi les médecins ne prescrivent-ils pas du sport ?

Pourquoi les médecins ne prescrivent-ils pas du sport ?

En France, les estimations actuelles des coûts directs (75 %) et indirects (25 %) de l’inactivité physique sont de l’ordre de 1,3 milliard d’euros, la majorité des coûts directs incombant au secte

Le paradoxe actuel est que de facto, le sport nous permet d’avoir une meilleure défense immunitaire et c’est particulièrement utile pendant cette pandémie Covid-19 mais nous pouvons moins en faire pour des raisons pratiques évidentes.

Un texte relatif à l’activité physique, promulgué en 2016, rend officielle la prescription du sport sur ordonnance et il est démontré qu’une ordonnance écrite a en moyenne deux fois plus de chances d’être convertie en actes qu’un conseil oral.

Cela pose le problème de la formation des médecins sur les bénéfices pour la santé de l’activité physique qui n’est aujourd’hui que très peu prise en compte dans les facultés de médecine française, fait défaut aux médecins généralistes qui, en majorité, ne savent pas comment ni quoi prescrire.

La plupart des formations des médecins en exercice est basée sur une démarche personnelle et s’appuie sur la formation continue.

Je pense qu’il faudrait :

  • Une généralisation de modules Sport et Santé relatifs à la prescription de l’activité physique, obligatoires dans la formation des étudiants en médecine.
  • Une formation continue des médecins avec les mêmes objectifs que ceux de la formation initiale avec la participation d’experts de l’activité physique

La prescription de sport sur ordonnance doit tenir compte :

  • Des préférences liées à la culture et à l’histoire personnelle du patient.
  • De ses conditions socio-économiques (familiales, professionnelles, matérielles)
  • De l’existence éventuelle d’une pathologie

En amont, une évaluation des capacités physiques évaluées par des tests cliniques et une épreuve d’effort est indispensable.

Le sport sur ordonnance implique aussi une modification des habitudes de vie (déplacements en marchant ou en vélo, lutte contre le syndrome du canapé) et une implication du patient dans la co-construction d’un projet qui a du sens pour lui et qui est adapté à ses possibilités.

Si vous voulez rester en bonne santé ou améliorer votre santé parce que vous avez une pathologie chronique, faites du sport car c’est un médicament !

  • En prévention : tout le monde devrait faire du sport. Une paire de Basket et partez courir
  • En cas de maladie avérée, je suggère une aide de l’État par exemple, des tarifs spéciaux d’entrée à la piscine ou dans un club de sport pour les personnes en ALD30 pour qui le sport est reconnu comme un véritable traitement.

Mon ordonnance de sport (“spéciale Covid-19”)

1. Faire 2h30 par semaine des activités d’endurance d’intensité modérée ou forte : courir, faire du vélo.
2. Faire 2 fois par semaine des exercices de renforcement musculaire pendant au moins 15 minutes
3. En cas d’impossibilité : faire tous les jours 30 minutes de marche rapide de façon à être à un peu essoufflé.

A propos du Docteur William Berrebi

Le docteur William Berrebi est Docteur en Médecine et Ancien interne des Hôpitaux de Paris. Il est diplômé d’Études Spécialisées en Gastro-entérologie et Hépatologie et est diplômé et expert en vidéo-capsule endoscopique. Il est membre du Club de Réflexion des Cabinets et Groupes d’Hépato-Gastroentérologie (CREGG), de la Société Nationale Française de Gastro Entérologie (SNFGE), de la Société Française d’Endoscopie Digestive (SFED).

Il est l’auteur du Podcast Merci Docteur ! dont les 21 épisodes (précédents) sont disponibles via les plateformes traditionnelles : Apple Podcasts, Google Podcasts, Spotify, Deezer et Youtube.

Depuis janvier 2020, il a créé sa chaîne YouTube, « Docteur William Berrebi », première chaîne YouTube consacrée aux pathologies digestives.: Youtube :

youtube.com/channel/UCc7X98wa9SUSXmEtcIj9uqQ

docteurwilliamberrebi.com