Quel est l’impact de la Covid-19 sur la profession du fitness ? EuropeActive a mené l’enquête !

Quel est l’impact de la Covid-19 sur la profession du fitness ? EuropeActive a mené l’enquête !

En juin, EuropeActive a commandé une étude pour en savoir plus sur les conséquences à court et à long terme de la pandémie de Covid-19 pour les exploitants de clubs de fitness européens.

Le rapport a été rédigé par Deloitte dans le but de recueillir des informations auprès des principaux opérateurs européens sur la base d’un certain nombre d’indicateurs clés de performance (KPI).

Deloitte est le principal cabinet d’audit et de conseil dans le domaine du sport et conseille et analyse le secteur de la santé et de la remise en forme depuis plus de 20 ans.

Karsten Hollasch, associé et responsable de la division Consumer Business chez Deloitte, qui a dirigé l’équipe de recherche en coopération avec Stefan Ludwig, responsable du groupe Sports Business, a déclaré « En cette période, nous avons estimé qu’il valait mieux se concentrer sur un domaine clé du secteur plutôt que d’essayer de saisir une perspective plus large qui pourrait ne pas donner beaucoup de clarté à ce stade. Nous ne savons pas encore exactement quel sera l’impact final, car il est évident que la crise n’est pas encore terminée et que nous constatons actuellement une augmentation du nombre de cas. Nous avons donc décidé, avec le temps dont nous disposons, de fonder notre recherche sur les principaux opérateurs multisites en Europe« .

♦ Méthodologie de la recherche

Le travail de terrain s’est basé sur un questionnaire spécialement conçu et a eu lieu en août après que l’ensemble des pays aient rouvert les installations sportives. En outre, le rapport est complété par d’autres recherches menées par des tiers dans un certain nombre de pays européens ainsi que par des études de cas sélectionnées d’opérateurs européens répertoriés. L’étude a été présentée au Forum européen de la santé et de la condition physique (EHFF), qui s’est tenu à Düsseldorf le 30 septembre.

D’autres conclusions cohérentes concernant les opérateurs européens indiquent le manque de temps de travail pour les employés, la nécessité de subventions gouvernementales et/ou d’autres mesures fiscales de soutien, et le manque global d’adhésions prévues aux clubs de fitness. Cependant, des différences significatives ont été constatées entre les pays européens. Le manque à gagner moyen est estimé à environ 30 % pour 2020 et à environ 11 % pour 2021. Cependant, une étude menée en Espagne prévoit une baisse des revenus de 40 % en 2020 par rapport aux résultats de 2019.

La plupart des opérateurs interrogés ont indiqué un risque global modéré de cessation d’activité. La réponse est basée sur l’hypothèse de l’absence de nouvelles fermetures prolongées. De nombreuses entreprises prévoient de maintenir les récentes améliorations de capacité et prévoient d’être proches des niveaux d’avant la crise en termes de revenus et d’adhésions d’ici la fin 2021.

Herman Rutgers, co-rédacteur en chef et chef de projet d’EuropeActive, a fait part de ses commentaires : « Cette recherche soutient un certain optimisme quant à la reprise et à l’avenir de notre secteur, ce qui a été confirmé par les indications positives des investisseurs et des analystes qui se sont engagés auprès de nos grands opérateurs européens. Il est clair que l’aptitude doit être considérée comme un élément stratégique de la solution, et non comme un problème. Nous disposons déjà de bonnes données provenant de plus de 20 millions de visites dans des clubs de remise en forme qui sont des lieux sûrs, avec des niveaux extrêmement faibles d’infection Covid-19 traçable« .

♦ La numérisation à l’honneur

L’utilisation des canaux et des technologies numériques a permis aux opérateurs de rester en contact et de s’engager auprès de leurs clients et de leurs membres pendant la crise. Un schéma de numérisation accrue de l’industrie, en partie dû à l’expérience Covid-19, a été soutenu par des recherches de tiers dans l’étude.

Selon l’étude d’impact de Covid-19 de Virtuagym, le nombre d’utilisateurs d’applications de fitness a atteint son premier pic en mars, lorsque la Covid-19 a commencé à se répandre en Europe. Cependant, le pic final a été atteint en juillet, lorsque les clubs ont commencé à rouvrir, ce qui a indiqué que les visites en présentielle dans les clubs et l’utilisation d’offres numériques peuvent coexister (et éventuellement s’accélérer mutuellement) plutôt que de constituer une pure concurrence.

Andreas Paulsen, directeur exécutif d’EuropeActive, a conclu : « Il est absolument essentiel de comprendre comment la pandémie de Covid-19 et la fermeture ont effectivement affecté notre secteur pour savoir comment nous nous adaptons en tant que secteur afin de devenir la meilleure version future de nous-mêmes et d’ouvrir le prochain grand chapitre du secteur européen du fitness et de l’activité physique« .

« Nous sommes certainement à un moment critique et difficile de l’histoire de notre secteur. La connaissance des faits est essentielle pour comprendre l’impact réel de Covid-19 et pour réagir efficacement en tant qu’entreprises, ainsi qu’en tant qu’associations professionnelles, comme EuropeActive et nos associations nationales partenaires« .

« Nous comprenons que les acteurs, grands et petits, du secteur européen de la condition physique et de l’activité physique sont confrontés à de graves difficultés, et grâce à notre nouvelle évaluation d’impact européenne de Covid-19 avec Deloitte, nous serons en mesure d’aider notre secteur, en partenariat avec les associations nationales, de manière beaucoup plus efficace et de contribuer à la réalisation du potentiel futur de notre secteur« .

Laisser un commentaire