Quels diplômes pour encadrer le sport-santé ?

Quels diplômes pour encadrer le sport-santé ?

Coach APA, enseignant APA, éducateur sport-santé, BPJEPS, CSAMAP, CS handisport, licence entraînement, DU sport-santé… Bon nombre d’entre vous se sont posé la question : me positionner pour le sport-santé OK, mais avec quelles ressources ?

Dans un premier temps, je vous rappelle que notre métier doit permettre aux usagers d’être guidés vers une mise en forme optimale. En sport-santé et dans la vie quotidienne d’ailleurs, nous pouvons déterminer deux types de population dont les encadrants n’auront pas les mêmes prérogatives d’encadrement. Évidemment, la vérité d’un jour n’est pas la vérité du lendemain, surtout en période électorale.

POUR LES SUJETS SAINS

L’encadrement des offres d’activité physique à destination de personnes sans maladies chroniques souhaitant se maintenir en bonne santé (prévention primaire) est soumis à la réglementation en vigueur (article L.212-1 du Code du sport) : « Seuls peuvent, contre rémunération, enseigner, animer ou encadrer une activité physique ou sportive ou entraîner ses pratiquants, à titre d’occupation principale ou secondaire, de façon habituelle, saisonnière ou occasionnelle […], les titulaires d’un diplôme, titre de finalité professionnelle ou certification de qualification : garantissant la compétence de son titulaire en matière de sécurité des pratiquants et des tiers dans l’activité considérée et enregistrée au registre national des certifications professionnelles […]. »

Les encadrants sont souvent les mêmes que pour le sport en général, cependant je conseille une formation complémentaire pour la prise en charge des publics sédentaires et en inactivité physique qui peuvent avoir des pathologies cachées.

POUR LES PERSONNES ATTEINTES D’UNE MALADIE CHRONIQUE

La loi sport sur ordonnance définit le profil et les compétences des encadrants habilités à dispenser une activité physique adaptée à leur santé. Le type d’encadrement sera en fonction de la limitation fonctionnelle du patient. 

Les professionnels de santé

Ils interviennent préférentiellement auprès de patients présentant des limitations fonctionnelles sévères (cf. tableau des limitations). Selon la loi, ils sont les seuls à pouvoir intervenir pour ce type de limitation en première intention. Après un bilan, et en fonction de la progression du patient et de son état de santé, ils peuvent orienter leurs patients vers un enseignant en APA qui pourra prendre le relais.

Les kinésithérapeutes

Travaillant en étroite collaboration avec l’équipe médicale et l’équipe soignante, le « kiné » établit un bilan qui comprend notamment le diagnostic kinésithérapique et les objectifs de rééducation, ainsi que le choix des actes qui lui paraissent les plus appropriés. En effet, il fait appel à de nombreuses techniques : massages, mouvements de gymnastique à l’aide d’appareils, de poids… Il peut aussi utiliser l’eau, la chaleur, le froid ou les ultrasons. Le masseur-kinésithérapeute peut aussi intervenir dans le domaine du sport, de la prévention, de la remise en forme (relaxation, massages) et de la thalassothérapie (balnéothérapie, hydrothérapie, etc.). L’activité physique proposée est définie par le code du sport :

  • bilan kinésithérapique ;
  • gymnastique hygiénique, d’entretien ou préventive. 

Les ergothérapeutes

Spécialiste du rapport entre l’activité (ou occupation en lien avec la terminologie internationale désignant l’ergothérapie) et la santé, il mène des actions d’une part pour prévenir et modifier les activités délétères pour la santé, et d’autre part, pour assurer l’accès des individus aux occupations qu’ils veulent ou doivent faire et rendre possible leur accomplissement de façon sécurisée, autonome, indépendante et efficace. Non soumis au code du sport, l’activité physique proposée par les ergothérapeutes est définie de la suivante : « bilans, activités d’artisanat, de jeu, d’expression, de la vie quotidienne, de loisirs ou de travail ».

Les psychomotriciens

Un psychomotricien évalue et traite les troubles du développement psychomoteur. Il intervient auprès d’enfants ou d’adultes qui ont des difficultés d’adaptation. En ce qui concerne le sport sur ordonnance, ces prérogatives sont les suivantes : bilans, techniques de relaxation dynamique, d’éducation gestuelle, d’expression corporelle ou plastique et activités rythmiques, de jeu, d’équilibration et de coordination, en utilisant la médiation corporelle et des mouvements doux.

Les enseignants en activités physiques adaptées

Selon le décret, ils sont habilités à dispenser une activité physique adaptée à des personnes touchées par une ALD, dans la limite de leurs compétences.

Ils interviennent préférentiellement auprès de patients à limitations fonctionnelles modérées.

Ils doivent :

  • participer à la conception de projet en identifiant les besoins des populations concernées par la prévention,
    la réadaptation et l’intégration ;
  • concevoir et organiser des programmes d’intervention ;
  • conduire et évaluer des programmes d’intervention ;
  • participer au pilotage de projet incluant de L’APA.

Les éducateurs sportifs

Selon le décret, ils sont habilités à dispenser une activité physique adaptée à des personnes touchées par une ALD, dans la limite de leurs compétences.

Ils interviennent préférentiellement auprès de patients ne présentant aucune limitation fonctionnelle ou avec des limitations minimes dans le cadre d’une prescription. Cependant une formation complémentaire est recommandée, notamment pour encadrer des patients avec des limitations modérées.

Les CQP et TFP agréés

Des certifications et des formations sont disponibles, permettant, soit de compléter une formation déjà existante dans le domaine du sport sur ordonnance, soit de se former dans une ou plusieurs APA, afin d’encadrer le sport sur ordonnance à un public ciblé (à condition de suivre une formation dans le domaine de l’APA ciblée).

Les éducateurs sportifs peuvent suivre un complément de formation dans le domaine de la santé.

Les titulaires d’un BPJEPS « activité pour tous » doivent suivre un certificat de spécialisation « accompagnement et intégration des personnes en situation de handicap » afin de pouvoir exercer leur profession à tout public et notamment ceux en situation de handicap.

Pour ce qui est des autres BPJEPS, ils permettent l’encadrement auprès de tout type de public, dans une pratique de loisirs. Cependant, une formation spécialisée existe afin de sensibiliser les éducateurs sportifs à l’accueil et la prise en charge d’un public en situation de handicap. La formation accompagnement et intégration des personnes en situation de handicap, la certification de qualification handisport, l’attestation de qualification du sport adapté font partie de ces formations.

Les certifications suivantes permettent également d’encadrer le sport sur ordonnance :

  • le certificat complémentaire accompagnement et inclusion des personnes en situation de handicap (CS AIPSH) ;
  • le diplôme d’État de la jeunesse de l’éducation populaire et du sport (DEJEPS) avec une spécialité Perfectionnement sportif, option « activités physiques et sportives adaptées » (DEJEPS-APSA) ;
  • le diplôme d’État supérieur de la jeunesse de l’éducation populaire et du sport (DES JEPS), spécialité Optimisation de la performance, mention Handisport ;
  • le brevet d’État d’éducateur sportif 1er degré, option « activités physiques et sportives adaptées » (BEES-APSA) (ce diplôme n’est plus délivré depuis le 1erjanvier 2011, mais les titulaires peuvent continuer à exercer).

Les nouveaux diplômes émergents :

  • bachelor sport-santé bien-être ;
  • diplôme éducateur sport-santé ;
  • DU sport-santé ;
  • DU Cancer et qualité de vie ;
  • diplôme d’accompagnement sport-santé ;

Pour conclure, je vous recommande de faire un diplôme en fonction des besoins que vous avez répertorié au sein de votre structure ou suivant l’orientation de votre stratégie. Vous remarquez qu’il y a des offres pléthoriques de formation. Il y en aura d’autres et je pense que cela sera précisé au niveau de la loi. Formez vos équipes le plus possible afin qu’elles puissent monter en compétence et par là même que votre structure soit plus qualitative en termes d’accompagnement. Dans un prochain article, je traiterai justement de l’accompagnement et des processus opératoires.

Christophe Fontanel
formation@coreo-concept.fr 

Laisser un commentaire