QUO VADIS ? Impact de la COVID-19 sur le marché du fitness européen !

QUO VADIS ? Impact de la COVID-19 sur le marché du fitness européen !

Étude soutenue par le syndicat EuropeActive – Le monde est actuellement confronté à des temps difficiles et incertains en ce qui concerne les sujets médicaux, humains, politiques, sociaux et économiques de la société.

Lorsque le coronavirus a frappé le marché européen de la santé et de la remise en forme en mars dernier et que les gouvernements ont ensuite imposé la fermeture des clubs de sport dans toute l’Europe, il n’existait aucun manuel sur la manière de gérer une situation aussi unique. En fait, les fermetures de clubs ont duré entre 6 et 18 semaines selon la gravité de l’impact du virus COVID-19. Certains pays ou régions ont même subi une deuxième fermeture.

Aperçu des fermetures de clubs dans certains pays européens :

Notes : 1) La deuxième fermeture en Catalogne (17 juillet au 29 juillet) a été arrêtée sur décision de justice ; 2) Il n’y a pas eu de fermeture de clubs de T.R.O. sous la contrainte du gouvernement ; 3) Seul le SATS.
Source : EuropeActive, Deloitte.

Différents gouvernements ont rapidement apporté une aide financière importante, et pourtant le préjudice financier pour les exploitants et les autres acteurs de l’industrie du fitness est énorme. En fait, on ne sait pas encore très bien quel est le montant réel des pertes. C’est pourquoi EuropeActive et Deloitte ont lancé une étude cet été pour examiner l’impact commercial de la crise COVID-19 sur le secteur à court et à long terme. Le travail de terrain a eu lieu en août et un total de 17 opérateurs européens clés ont été interrogés, couvrant environ 10 % de tous les membres du marché européen de la santé et de la remise en forme.

Principaux résultats de la recherche :

Au 31 mars 2020, les opérateurs interrogés ont connu un déficit moyen d’environ 3,5 % de leurs membres par rapport à leur budget initial. En comparaison, au 30 juin 2020, ces déficits ont atteint leur point culminant avec environ 15,8 %, principalement en raison de l’annulation d’adhésions et de l’absence de nouvelles adhésions lors de la fermeture de clubs. Les déficits moyens par rapport au budget en ce qui concerne le nombre de clubs ne s’élevaient qu’à 2,5 % au 30 juin 2020.

                                   Déficit moyen des adhésions par rapport au budget

À moyen et long terme, le nombre moyen de membres et le nombre moyen de clubs devraient diminuer. Au 20 décembre et au 21 décembre, les opérateurs européens s’attendent à un déficit moyen de 13,9 % et de 9,9 % respectivement en ce qui concerne les adhésions.

En ce qui concerne les clubs, les déficits moyens par rapport au budget devraient s’élever à 1,8 % au 20 décembre et à 0,6 % au 21 décembre. Dans l’ensemble, le déficit des clubs pourrait être plus important sur le marché européen du fitness, notamment en ce qui concerne les opérateurs de clubs individuels, qui pourraient être confrontés à des difficultés financières plus importantes que les opérateurs en chaîne.

L’ampleur des fermetures liées à la pandémie au cours du deuxième trimestre s’est également reflétée en termes financiers : principalement en raison de l’absence de cotisations, les opérateurs européens de clubs de fitness ont connu un manque à gagner moyen d’environ 65 % par rapport au budget. Les différences de manque à gagner entre les opérateurs de l’étude peuvent s’expliquer par des approches différentes de la gestion des cotisations des membres pendant la période de fermeture des clubs.

Alors que certains opérateurs ont continué à percevoir les cotisations, sauf objection des clients, d’autres ont cessé de les percevoir. Toutefois, les opérateurs ont pu réaliser des économies de 43 % par rapport au budget du deuxième trimestre, principalement grâce à la réduction des frais de location, de personnel et d’autres frais d’exploitation. Des économies supplémentaires ont été réalisées en ce qui concerne les frais de personnel, qui ont été largement subventionnés par les gouvernements locaux.

Il convient de noter que le manque à gagner varie considérablement d’une région à l’autre et d’un pays à un autre. Les opérateurs qui se concentrent sur le Royaume-Uni s’attendent aux déficits financiers les plus élevés par rapport au budget initial. Le manque à gagner des opérateurs axés sur le Royaume-Uni était particulièrement élevé au deuxième trimestre 2020 (~94 %). Cela s’explique notamment par l’interruption des systèmes de paiement et des contrats mensuels résiliables qui – contrairement à l’Allemagne et à la plupart des autres marchés européens où les contrats sont principalement à long terme – sont plus courants sur le marché britannique du fitness.

Les rapports S1 publiés des principaux opérateurs européens cotés en bourse montrent également l’impact significatif de COVID-19 sur les résultats financiers. En raison d’un blocage d’environ 18 semaines au Royaume-Uni, les revenus totaux de l’opérateur britannique The Gym Group ont diminué d’environ 50 % au premier semestre 2020 par rapport au premier semestre 2019. Des résultats similaires ont été publiés par PureGym pour son activité au Royaume-Uni (-49 % au premier semestre 2020 par rapport au premier semestre 2019). En comparaison, l’opérateur néerlandais Basic-Fit, qui opère dans plusieurs pays européens, a enregistré une baisse globale de 24 % de ses revenus par rapport au premier semestre 2019.

Manque à gagner moyen en termes de revenus/entrées de fonds dans certains pays/régions

Mesures prises :

Pour contrer la crise, les opérateurs ont pris un large éventail de mesures monétaires et non monétaires. Parmi les mesures monétaires, le travail à temps partiel, les subventions gouvernementales et les demandes de prêts ont été les plus populaires. En outre, les analyses fréquentes de scénarios, qui ont été introduites par tous les opérateurs interrogés, ainsi que l’établissement de plans d’urgence et l’introduction d’indicateurs d’alerte précoce représentent des mesures non monétaires populaires.

L’utilisation d’offres numériques de remise en forme a augmenté pendant le confinement. Les résultats de l’enquête suggèrent que l’intérêt des consommateurs pour les offres numériques n’est pas un effet ponctuel mais plutôt que la COVID-19 a servi et sert encore d’accélérateur à la demande croissante d’offres sportives numériques (applications, vidéos, etc.).

En fournissant un contenu pertinent par le biais du numérique et auprès des clients via les réseaux sociaux, les opérateurs ont pu rester en contact avec leurs adhérents pendant la crise.

Basic-Fit, par exemple, a activement accru l’engagement de ses membres par le biais de ses réseaux sociaux déjà existants et de son application mobile en offrant des services et des contenus supplémentaires. L’application mobile propre à l’entreprise a également été temporairement disponible pour le grand public. Selon l’étude d’impact COVID-19 de Virtuagym, le nombre d’utilisateurs de l’application fitness a plus que triplé et a atteint son premier pic en mars, lorsque la COVID-19 a débuté en Europe. Cependant, le deuxième pic a été atteint en juillet, lorsque les clubs ont commencé à rouvrir. Cela indique que les visites des adhérents dans les clubs et l’utilisation des offres numériques peuvent coexister (et s’accélérer mutuellement).

Menace existentielle et perspectives d’avenir :

En conséquence, les principaux opérateurs de clubs européens considèrent que leur existence n’est que partiellement menacée, à condition qu’ils ne soient plus contraints de fermer des clubs : Aucun des opérateurs n’a déclaré que son existence était ou sera gravement ou fortement menacée à l’avenir. Toutefois, les exploitants de clubs individuels, qui représentent la majorité des clubs de fitness sur le marché européen, semblent plus menacés dans leur existence que les grands exploitants en raison de leurs ressources et de leurs possibilités de refinancement limitées.

Le fait que les opérateurs de clubs de fitness envisagent l’avenir avec confiance peut être prouvé non seulement par les faibles déficits prévus, mais aussi par des études complémentaires : Plus de 60 % des opérateurs espagnols interrogés dans le rapport d’impact FNEID/Valgo COVID-19 pensent que les revenus reviendront aux niveaux précédemment prévus au troisième trimestre 2021. Cela pourrait être confirmé par le fait que le comportement des consommateurs sur le marché de la remise en forme a à peine changé.

88% des consommateurs dans le rapport d’impact COVID-19 ukactive Global ont déclaré qu’après la réouverture des clubs au Royaume-Uni, ils se rendraient dans leur club aussi souvent, voire plus souvent qu’avant la pandémie. Les attentes confiantes pour l’avenir du marché du fitness se reflètent également dans un nombre considérable de fusions et acquisitions et d’activités de financement qui ont eu lieu ces derniers mois. Par exemple, le groupe RSG a augmenté ses investissements en acquérant l’opérateur américain Gold Gym pour 100 millions de dollars ainsi que 35 % des actions de Gym80. En outre, d’autres acteurs tels que PureGym, BASIC-FIT ou The Gym Group ont pu lever des capitaux importants au cours de cette période.

Herman Rutgers, co-rédacteur du rapport, a noté « qu’il n’est pas possible à ce stade de prédire quel sera l’impact total de cette crise, en raison du nombre croissant de cas et de l’avenir incertain des décisions politiques. Néanmoins, l’étude montre l’impact sur le nombre de membres et les pertes financières – mais aussi que, en supposant qu’il n’y ait plus de fermeture de clubs, le secteur peut se redresser rapidement et est toujours confiant pour atteindre les objectifs à long terme de 80 millions de membres d’ici le milieu de la décennie et de 100 millions d’ici 2030« .

→ L’étude d’impact de la COVID-19 peut être consultable auprès du centre de connaissances d’EuropeActive : https://europeactive.blackboxpublishers.com/en/

L’étude a été soutenue par le sponsor principal FIBO et les co-sponsors Virtuagym et BRP Systems / Sport Solution.
Laisser un commentaire