Où en-est le syndicat patronal FranceActive ?

Où en-est le syndicat patronal FranceActive ?

Pleinement actif grâce à ses membres et aux bénévoles qui, au sein du Conseil d’Administration, ou, à côté, consacre du temps à discuter avec les pouvoirs publics et à négocier des services avec de nouveaux partenaires (AFNOR norme sur l’exploitation des salles de fitness, SACEM réflexion sur les bases de calcul des droits d’auteur).

Certains services sont directement destinés aux plus petits acteurs, notamment les indépendants, comme un package Assurance RC.

Mais le plus grand succès de l’année, c’est la participation au dialogue dans la Branche du Sport grâce à un accord avec le CNEA. Les sujets du dialogue social sont variés mais impactent directement tous les acteurs du fitness : forfait jour non cadre, temps partiel, grille de classification ou choix OPCA.

FranceActive rassemblait ce jeudi 28 novembre les majors du fitness, pourquoi ?

C’est une initiative de Thierry Doll qu’il m’a chargé de rendre possible. FranceActive ne peut pas jouer pleinement son rôle sans avoir dans ses rangs les leaders de l’industrie. Le petit-déjeuner a été très instructif et a dégagé plusieurs thèmes de travail qui, s’ils sont validés par le Conseil d’Administration de FranceActive, seront le fil rouge de l’année 2018 :

  • Sécuriser le recours aux auto-entrepreneurs
  • Norme AFNOR et règles spécifiques liées à l’exploitation de clubs de fitness
  • Développer des partenariats avec les mutuelles
  • Diplômes des coachs – BP/CQP

De plus, avec ce petit-déjeuner, FranceActive facilite le réseautage, comme l’a résumé un participant, c’est une opportunité unique « de mettre des visages sur des noms ».

Ces rencontres destinées aux majors du fitness vont-elles devenir régulières ?

Oui. J’ai d’ailleurs proposé à Thierry d’officialiser ce « comité stratégique » qui sera l’occasion de faire le point sur les dossiers en cours, de mutualiser les moyens et la connaissance des sujets les plus pointus, au bénéfice de tous les membres du syndicat. Il est étonnant par exemple de voir que chaque major a son propre dossier sur les auto-entrepreneurs et parfois ses propres conclusions, alors que FranceActive pourrait proposer une approche applicable par tous ses adhérents et être un acteur efficace, par exemple auprès de l’URSSAF. La généralisation du « rescrit » permet par exemple de sécuriser des situations juridiques.

Le prochain petit-déjeuner a lieu le 17 mars 2018, en marge du Salon Body Fitness.

Et l’Europe dans tout ça ?

FranceActive (anciennement FNEAPL) est effectivement proche d’EuropeActive et a vocation à être son relais en tant qu’association nationale française. J’espère que l’accord sera formalisé dès janvier 2018. Mais nous travaillons déjà sur des sujets communs : la norme française AFNOR est elle-même liée à une norme européenne qui mobilise tous les acteurs européens depuis plus d’un an.

Que souhaitez à FranceActive alors ?

Plus d’adhésions ! Le taux de syndicalisation interpro des TPE/PME est de 35%… Il est de moins de 15% dans le fitness. Résultat : pas facile de faire pression sur les pouvoirs publics lorsque cela est nécessaire ou de proposer des idées ou des expérimentations. Rejoignez-nous !

Entretien avec Franck Hédin – Conseil Fitness du Président de FranceActive, Thierry Doll

Contact : franckhedin@fneapl.com

Laisser un commentaire