Tribune CoVid19

Tribune CoVid19

FACE AU COVID-19, PROTEGEONS ENSEMBLE NOS COMMERCES SPORT ET BIEN-ETRE

Depuis quelques semaines, et pour une durée encore inconnue, le COVID-19 a placé nos hôpitaux et soignants en première ligne d’une crise sanitaire sans précédent. Les commerçants sont en première ligne de ses répercussions économiques, et avec eux l’industrie du sport et du bien-être.
Tous nos établissements sportifs et de bien-être ont fermé leurs portes, et vu leurs revenus tomber à zéro du jour au lendemain.
Toutes les publications scientifiques et médicales le disent : nous participons activement à renforcer les défenses immunitaires et maintenons la santé et la résilience de nos concitoyens.

C’est pourquoi, depuis le début du confinement, de très nombreuses initiatives solidaires ont été prises par la profession, pour proposer à toute la population des cours gratuits en Live sur les réseaux sociaux qui vont du renforcement musculaire, yoga et shadow boxing à la méditation et la nutrition.

Nous avons eu la chance d’être soutenus par les mesures prises par le gouvernement et ce, dès le début de la crise grâce à la mise en place du chômage partiel à grande échelle ; ce qui nous a permis de préserver nos emplois et soutenir nos équipes, quels que soient leurs statuts.

Mais l’ampleur et le coût de cette crise dépassent largement les seules charges sociales et salariales. Les loyers et les charges locatives sont un poids très important sur les entrepreneurs.

La prorogation de la durée de confinement et l’incertitude de la reprise liée aux modalités de déconfinement, vont provoquer inéluctablement des défaillances financières et probablement la fermeture d’établissements composés pour beaucoup d’indépendants et de petites structures mettant à risque notre santé et des milliers d’emplois.

Il faut absolument éviter que cette double crise sanitaire et économique ne se transforme en crise sociale d’ici quelques mois. C’est pourquoi, à la lumière de ce défi de solidarité, nous nous réunissons pour demander :

 

Une suppression et un accompagnement des loyers

Le loyer est le coût le plus important pour la plupart des acteurs de notre industrie. Il faut que les bailleurs prennent leur part de la crise en étant solidaires. Le simple décalage de trésorerie ne sauvera pas nos commerces. Et sauver aujourd’hui nos commerces, c’est sauver demain l’immobilier. L’exploitant qui n’a pas la jouissance de son local ne devrait pas être tenu d’en régler le loyer dès lors que le bailleur n’a pu satisfaire à son obligation de délivrance.
Sans intervention politique, l’inflexibilité de certains propriétaires privés poussera de nombreuses entreprises à fermer définitivement. L’État doit donc mettre en place un moratoire pour interdire l’expulsion, demander la suppression des loyers pendant la période de confinement et inciter à la réduction des loyers et/ou accompagner progressivement les loyers jusqu’à la fin de l’année afin que les entreprises puissent rouvrir et tenir jusqu’à la fin de cette crise.

 

Des mesures d’incitation sociale et fiscale

La pratique régulière du sport prévient des pathologies lourdes comme certains cancers et réduit considérablement les risques cardiovasculaires. Elle rend les populations plus résistantes aux infections, y compris respiratoires. Les entreprises de remise en forme réduisent les coûts de santé publique à long terme, c’est pourquoi il faut considérer d’utilité publique toute entreprise qui fournit des services de sport et de bien-être comme produit principal, et ajuster le taux de la TVA à 5,5% comme un service de première nécessité. Bien entendu, il s’agit ici de soutenir la demande et donc la consommation vertueuse. C’est pourquoi les acteurs économiques s’engagent à répercuter cette baisse de TVA sur les prix d’entrées et les abonnements.

Aussi, la saisonnalité des inscriptions étant majoritairement concentrées sur janvier et septembre, rouvrir en mai ou juin avec une trésorerie au plus bas et des charges et contraintes supplémentaires (limitation d’accès, matériel de protection, personnel d’entretien renforcé), peut être fatal.

Il faut que l’État accompagne ces réouvertures en mettant en place une exonération des charges sociales et un décalage des dettes fiscales jusqu’à la fin de l’année.

 

Une grande campagne de communication

Cette crise liée au COVID-19 laissera indubitablement des stigmates tenaces. Nous devrons collectivement retrouver l’énergie de construire et vivre ensemble. Avec solidarité, en se fédérant. Durablement, avec responsabilité. Il faudra planter, irriguer, nourrir et cultiver.

« Bouger » est la meilleure manière de retrouver cette énergie, mais aussi la plus noble pour renforcer l’immunité collective.

L’État devra mettre en place un grand dispositif de communication, pour inciter nos citoyens à bouger, à faire du sport, à prendre soin d’eux… Et l’industrie du sport et du bien-être sera au rendez-vous.

Notre santé – ainsi que la santé de notre économie – en dépend.


Ken Group & CMG Sports Club, Arthur & Frank-Elie Benzaquen (fondateurs) ; FranceActive – FNEAPL,
Thierry Doll (Président) ; L’Union Sport & Cycle, Jérôme Valentin (Président) ; Neoness & Episod,
Céline Wisselink (co-fondatrice) ; La Salle de Sport Paris Reebok, Sandrine Retailleau (Présidente
et co-fondatrice) ; Fitness Park / Groupe Moving, Philippe Herbette (Président) ; Fitness Challenges
Magazine, Pierre-Jacques Datcharry (Directeur de la publication) ; Dynamo Cycling, Nicolas
Chabrier (co-fondateur) ; Temple Noble Art, Cyril Durand (Président) ; Tigre Yoga, Elodie Garamond
(fondatrice) ; Snake & Twist, Marcia Segal (fondatrice) ; Forest Hill, Michel Corbière (Président) ;
Fédération Nationale du Fitness, Christophe Andanson (Président) ; Cercles de la Forme, Bertrand
Bonelli (Président) ; KeepCool, Denys du Crest (Directeur Général) ; L’Usine, Patrick Rizzo (Directeur
Général) ; Basic Fit, Redouane Zekkri (Directeur Général) ; Front de Seine, Xabi Etcheverry
(Directeur) ; Gym Suédoise, Frédéric Coury (Directeur Général) ; R2 Training, Mickaël Schor
(fondateur) ; Action Sport, Romain Root (co-fondateur) ; Form Dev / RITM / Health City, Alexis Gardy
(Président) ; Hapik, Thibault De Blignières (fondateur) ; L’Appart Fitness, David Mazerot (Vice-
Président) ; Liberty Gym, Patrick Boillin (Président-fondateur) ; Club Metropolitan, Sergio Pellon
(Directeur Général) ; GLC Fitness, Gérald Clamaron (Directeur Associé), Masalledesport.com,
Nicolas Pasquet (gérant) ; Champion Spirit, Abdoulaye Fatiga (fondateur).