Une recherche révolutionnaire établit les meilleurs moments pour faire de l’exercice !

Une recherche révolutionnaire établit les meilleurs moments pour faire de l’exercice !

Une équipe internationale de scientifiques a mené une étude visant à déterminer comment et pourquoi l’exercice pratiqué à différents moments de la journée peut avoir des effets différents sur l’organisme.

La recherche s’est concentrée sur la façon dont le corps produit différentes molécules de signalisation favorables à la santé qui ont un large impact sur la santé, influençant le sommeil, la mémoire, la performance physique et l’homéostasie métabolique.

Les chercheurs ont examiné comment l’exercice peut produire les molécules de signalisation d’une manière spécifique à un organe en fonction du moment de la journée.

Le résultat est la publication d’un « Atlas du métabolisme de l’exercice » – une carte complète des molécules de signalisation induites par l’exercice et présentes dans différents tissus après un exercice à différents moments de la journée.

Jonas Thue Treebak, coauteur de l’étude et professeur associé au Center for Basic Metabolic Research de l’université de Copenhague, a déclaré que cette étude était la première du genre et qu’elle aurait un impact sur les régimes d’exercice.

« Non seulement nous montrons comment différents tissus répondent à l’exercice à différents moments de la journée, mais nous proposons également comment ces réponses sont connectées pour induire une adaptation orchestrée qui contrôle l’homéostasie énergétique systémique », a-t-il déclaré.

L’étude a également permis de mieux comprendre comment les tissus communiquent entre eux et comment l’exercice physique peut contribuer à « réaligner » les rythmes circadiens défectueux dans des tissus spécifiques. Les horloges circadiennes défectueuses ont été associées à des risques accrus d’obésité et de diabète de type 2.

Shogo Sato, coauteur de l’étude et professeur adjoint au département de biologie et au centre de recherche sur les horloges biologiques de l’université A&M du Texas, a ajouté : « Il s’agit d’une étude importante qui contribue à orienter d’autres recherches susceptibles de nous aider à mieux comprendre comment l’exercice – s’il est correctement programmé – peut contribuer à améliorer la santé. »

L’étude a également identifié de nouvelles molécules de signalisation induites par l’exercice dans plusieurs tissus, qui doivent faire l’objet de recherches plus approfondies pour comprendre comment elles peuvent individuellement ou collectivement influencer la santé.

Ce sont des résultats de recherche incroyablement importants qui permettront aux exploitants de clubs de santé, de spas et de centres de bien-être de proposer des interventions beaucoup plus efficaces.

Il sera désormais possible de concevoir des programmes d’exercices pour permettre aux aux clients d’atteindre des résultats spécifiques en termes de bien-être, ce qui permettra aux opérateurs d’améliorer considérablement leurs prestations en faveur des clients.

L’accès à ces connaissances permettra également aux secteurs de la santé, du fitness, du spa et du bien-être de se rapprocher des secteurs de la santé et de la médecine en termes de preuve d’efficacité et de partenariat efficace.

Nous espérons que les opérateurs du secteur du bien-être s’empareront de ce travail et l’utiliseront pour affiner les programmes et la programmation au profit des clients et du secteur en général.