ZOOM PARIS – IDF

ZOOM PARIS – IDF

PARIS IDF

Thomas pontirolli

Les particularités de la capitale en font un marché atypique avec près de 2500000 habitants. Paris est la 5e ville d’Europe avec une forte densité de 21500 habitants par kilomètre carré. Paris RP dénombre plus de 12 000 habitants ! À lui tout seul, le 15 e arrondissement compte pas loin de 238000 habitants. C’est le plus peuplé de la capitale, suivi par le 18e et par le 20e arrondissement.

Enfin, pour être complet sur le point de la pression démographique, on considère aujourd’hui que près de 15% de la population parisienne change chaque année, soit à peu près 340000 personnes : l’équivalent d’une ville tout entière de la taille de Nice. Autre donnée incontournable, le prix des loyers commerciaux parisiens qui en fait, bien évidemment, le ticket d’entrée le plus cher de France. Enfin, Paris est l’une des capitales les plus visitées au monde et, à ce titre, toutes les enseignes internationales de commerce de grande consommation, de mode, de luxe veulent être représentées. Ce qui contribue inévitablement à la pénurie des locaux.
Ces premiers critères expliquent déjà la particularité du marché du fitness parisien.

IDF

Depuis plusieurs années maintenant, le leader parisien reste CMG Sports Club (anciennement Club Med Gym, et encore avant Gymnase Club) avec 22 salles à Paris RP, et l’ouverture d’une 23e salle prochainement. Toutefois, depuis quelques mois, un concurrent de taille vient stimuler le marché : Les Cercles de la Forme avec 15 clubs. Les Cercles de la Forme ont repris l’enseigne Vit’Halles ce qui explique cette forte croissance par acquisition. L’unique enseigne internationale présente sur la capitale est le groupe néerlandais Health City qui compte 5 clubs Premiums et 3 clubs low cost “Basic Fit”. Pour sa part, Neoness, “l’agitateur du fitness parisien”, compte désormais 7 clubs. Cette enseigne dynamique communique sur des tarifs très attractifs pour Paris, mais qui sont soumis naturellement à plusieurs contraintes (créneaux horaires spécifiques, clubs spécifiques, activités spécifiques, etc.).

Enfin, pour compléter, Paris possède en son sein, depuis bientôt 30 ans, l’un des plus grands clubs d’Europe avec l’Aquaboulevard. C’est, bien évidemment, le plus grand club du groupe Forest Hill qui possède 10 espaces à Paris RP.

Les franchises low cost, très représentées sur le reste du territoire, peinent encore aujourd’hui à pénétrer ce marché compte tenu, essentiellement, du prix des loyers. L’arrivée imminente de grands groupes internationaux comme EasyGym pourrait faire évoluer cette tendance. Notons toutefois, en région parisienne, la très bonne représentativité du groupe Énergie Forme avec 18 clubs, ainsi que la forte présence de l’enseigne low cost du groupe Moving avec 27 Fitness Park. N’oublions pas non plus les enseignes haut de gamme comme L’Usine ou le Klay (entre 1500 et 2000 euros l’abonnement annuel) qui devraient, selon toute vraisemblance, se développer dans les années à venir. Quant aux microgyms et aux studios spécifiques, ils devraient également se développer à l’instar des studios de Biking SoulCycle de New York.

En tenant compte de l’ensemble de ces éléments, il est évident que le marché parisien évolue différemment et plus lentement que celui de la province. Toutefois, une ambiguïté demeure sur ce marché qui, de l’extérieur, semble hésiter entre mettre en place de vraies solutions de suivi, de coaching, et donc de fidélisation, ou gérer uniquement les entrées et les sorties renouvelées continuellement par les 15% de turn-over annuels de la population parisienne. Ce qui ne peut pas être le cas dans les petites et moyennes villes de province où tout le monde se connaît, et où le bouche-à-oreille a des conséquences dévastatrices.