Le fitness français a enfin le congrès qu’il mérite !

Le fitness français a enfin le congrès qu’il mérite !

Bordeaux est la capitale française du vin , Aix-en -Provence est en train de devenir celle du fitness ! Après le succès du premier congrès dédié au fitness organisé les 19 et 20 juin, Fitness Challenges vous donne déjà rendez-vous, les 4 et 5 juin 2015, au Palais des Congrès.

Près de 300 professionnels du fitness, dont 260 managers de clubs, ont assisté, jeudi 19 et vendredi 20 juin, au premier congrès français dédié à notre industrie – bravant une grève nationale des cheminots ! Organisé par Fitness Challenges au Palais des Congrès d’Aix-en-Provence, cet événement marque le début d’un nouveau cycle de rencontres entre passionnés de sport et de remise en forme, décidés à aller de l’avant dans un secteur qui, en France, souffre encore d’un retard historique. Au vu de l’engouement constaté sur place… il ne fait aucun doute que le fitness français explose (enfin) !

On lit partout que le fitness se développe. On le constate dans nos salles, et on l’a confirmé en discutant entre confrères au congrès. Pour la première fois en France, cet événement nous a permis de nous sentir comme une industrie”, confie Franck Hédin, P.-D.G. de Club Med Gym – qu’il faut appeler CMG Sports Club depuis le mois d’avril 2014. Fédérer les acteurs de l’industrie était l’un des buts majeurs de ce rendez-vous, et il est atteint.

P1000335

Inviter au partage

Son organisateur, Pierre-Jacques Datcharry explique qu’il était devenu “absolument primordial de donner naissance à un événement tourné vers le contenu, les échanges, la stratégie”, car, il l’observe depuis plus de quinze ans, “la France est très en retard sur ses voisins européens”. L’une des raisons ? “Nous sommes encore très protectionnistes, et il n’y a pas de partage des informations, des retours d’expériences, et des bonnes pratiques.” Lionel Kupper, le patron de la franchise City Green, a confirmé son idée que “le marché français retient ses ardeurs”. En se comparant à ses confrères, il dit avoir aussi pu apprécier la qualité de son modèle : “Quand je me regarde, je me fais peur, et quand je me compare, je me rassure.” Plutôt que de laisser les managers évoluer dans leur coin, ce congrès Fitness Challenges a voulu les rassembler, qu’ils soient franchises, clubs indépendants, licences de marque, et autres, pour créer de la valeur dans les échanges. Thierry Marquer a répondu présent. Il est le fondateur en 1996, de la franchise L’Orange Bleue qui est rapidement devenue le premier réseau français avec 200 clubs. Il dit avoir “rencontré beaucoup de patrons de salle, confronté [ses] certitudes avec les leurs, et remarqué qu’une discussion constructive, sans pression, faisait avancer le débat”.

Éviter le commercial

Le deuxième élément qui a présidé à la création de ce congrès est la volonté de sortir du discours commercial, propre aux salons traditionnels. En invitant les professionnels dans un cadre idyllique (Aix-en-Provence), et en leur proposant des conférences d’experts comme Paul Alart, directeur SUAPS à l’université Paris Descartes, le conférencier Antonin Gaunand spécialiste de la génération Y, ou encore Phillip Mills qu’on ne présente plus, Pierre-Jacques Datcharry a voulu entrer en profondeur dans les sujets stratégiques de demain.

Jamais autant d’expérience et de compétences n’ont été réunies sur un même événement en France”, fait valoir l’organisateur qui a aussi prévu un dispositif de traduction en temps réel. “Ce congrès permet d’envisager les relations autrement que sur le plan commercial, même si cette notion peut être induite lorsqu’un manager de club discute avec un fournisseur”, poursuit-il. Avez-vous déjà essayé de parler stratégie de façon décontractée sur un stand lors d’un salon ? Après avoir déjoué l’armada de commerciaux, tous focalisés sur leurs objectifs, il faut ensuite contourner le discours marketing. Bref, c’est plutôt très compliqué. Selon lui, la vie trépidante d’un manager de club de remise en forme “a besoin de pauses décontractées tout en étant constructives”, exercice auquel se prête bien le cadre provençal de la ville d’Aix-en-Provence, qu’il espère transformer en capitale nationale du fitness – Les Mills™, Keep Cool et Fitness Challenges y ont déjà implanté leur QG ! Veiller à écarter le discours commercial restera d’ailleurs dans les priorités de la prochaine édition.

Philippe Mills

Philippe Mills

La crème des managers

Autre atout, relevé par Thierry Marquer : “La sélection à l’entrée permet de ne garder que des professionnels sérieux, alors que sur le salon, on voit de tout. On sait que celui qui investit dans ce déplacement vient pour échanger, ce qui garantit la qualité des rencontres.” Franck Hédin note, pour sa part, que seul ce format permet de partager “des retours d’expérience sincères, qui contribuent à faire évoluer le fitness en France”. Objectif ici : évoquer les questions de gestion, de marketing, de l’évolution de la demande, des nouvelles technologies, des tendances en matière d’entraînement… “Il y a bien des congrès du même type en Europe mais cela n’existait pas en France. À chaque fois, nous n’étions qu’une vingtaine de Français à effectuer le déplacement”, se souvient Pierre-Jacques Datcharry. Confrontés à la barrière de la langue, à un manque de temps, et parfois de moyens, certains managers étaient mis au ban de ces rendez-vous. “La nature ayant horreur du vide, nous pensons que Fitness Challenges, source d’information professionnelle leader sur le marché du fitness, était bien placé pour combler ce manque”, ajoute l’organisateur.

Un congrès international

Le pari était osé. Guy Deville, responsable de Keep Cool et de sa centaine de clubs, avoue avoir été surpris : “Pour un premier congrès, je n’en attendais pas autant, c’était bien !” Celui qui a porté ce projet confie avoir “bataillé” pendant les six premiers mois de l’organisation. Son expérience à l’étranger lui a permis de lui donner une teinte internationale avec l’intervention de conférenciers d’autres pays, comme Herman Rutgers d’Europe Active, ou encore Ray Algar, stratégiste spécialisé dans le fitness.

Cette dimension internationale nous a permis d’avoir un œil extérieur sur notre marché souvent trop franco-français”, se félicite Michel Rota, directeur général opérationnel du groupe Moving, qui développe Fitness Park, Club Moving, Moving Express, Lady Moving et Garden Gym. Thierry Marquer, de L’Orange Bleue, a lui aussi apprécié “la présence de pointures internationales, et la vision de marchés plus matures que le nôtre. Nous avons intérêt à nous inspirer de nos voisins, mais en gardant notre originalité !”.

Des personnalités internationales comptaient aussi parmi les invités, à l’instar de Christian Matthey, responsable de Physic Club en Suisse : “Malgré la défaite de la Suisse en Coupe du monde, nous avons apprécié l’organisation parfaite du congrès, la ponctualité des intervenants, et le fait de pouvoir s’unir tous ensemble pour être plus forts. Il est toujours utile de s’inspirer de marchés d’autres pays, plus développés qu’en Suisse. Nous n’avons pas de congrès dans notre pays, alors c’est avec plaisir que nous reviendrons !

P1000589

 Les 5 grandes tendances

Dans le foisonnement des idées, échanges et avis d’experts, nous retiendrons cinq grandes tendances, que nous abordons régulièrement dans ces pages. La première est cette lame de fond qui veut rapprocher deux mondes : celui du fitness et celui de la santé. Une évolution naturelle pour notre industrie qui adoptera de plus en plus une attitude de prévention plutôt que de guérison. Pour y parvenir, le fitness va devoir s’étendre. Car aujourd’hui, la France compte quelque 22 000 pharmacies pour seulement 3 000 à 4 000 clubs de remise en forme. Le deuxième grand axe a porté sur la fidélisation du client. Certains ont entamé un virage à 180 degrés, comme Daniel Chaffey, dont vous pouvez lire le portrait dans ce numéro. Lui a embrassé le CrossFit, considérant qu’il était une bonne réponse à la création d’un lien fort entre le coach, le membre et, bien sûr, entre les adhérents eux-mêmes.

Fidéliser est un travail très complexe, observe Pierre-Jacques Datcharry. Aujourd’hui, on ne peut plus monter un club et le laisser dans le formol pendant vingt ans. La génération Y passe vite à autre chose, elle zappe. Or, c’est elle qui remplit nos clubs aujourd’hui, et qui les remplira aussi dans les années à venir. Et on ne parle pas encore de la génération Z. Éviter l’immobilisme fait partie de l’évolution du manager.Thierry Marquer nous dit d’ailleurs avoir appris de nouveaux éléments sur l’engagement client lors du congrès : “Un intervenant m’a interpellé sur le réabonnement, car nous limitons actuellement le nombre de séances, pensant que ça allait le casser, alors qu’au contraire, c’est un levier de l’addiction à activer. J’en ai déjà référé à mes équipes.”

Pour rester captif, un membre ne doit-il pas simplement se sentir bien dans son club ? C’est le troisième enseignement que nous retiendrons. “Il faut innover dans tous les domaines, et proposer des concepts à vos membres pour qu’ils bougent tout en s’amusant”, conseille l’organisateur. Les clients, quarantenaires et cinquantenaires compris, ne recherchent pas toujours la performance, mais ils veulent vivre plus longtemps et mieux. Autant le faire au travers du “prisme du plaisir, pas de la douleur”. Quatrième tendance : ces personnes prenant de l’âge, elles aimeraient bien continuer à s’activer dans un club de remise en forme adapté à leurs besoins. “La cible des seniors a du temps et de l’argent, or il n’y a pas, aujourd’hui, de solution concrète à même de les satisfaire”, déplore Pierre-Jacques Datcharry, qui recommande vivement que des programmes sur mesure leur soient proposés. Il ajoute : “Cibler les seniors ne consiste pas à bricoler une pancarte avec une photo d’un couple de sexagénaires souriants, prise dans une banque d’images sur Internet, et de lui flanquer un slogan cliché.” Lui, appelle à la création de véritables concepts au sein des clubs existants, ou à de nouveaux clubs. Mais pour parvenir à la tranche d’âge des 55-75 ans, il va falloir, non seulement vieillir mais aussi le faire en bonne santé. Si la tendance est à l’augmentation de l’espérance de vie en France depuis plusieurs siècles, à l’exception des périodes de guerre, elle a reculé pour la première fois en 2012 pour les femmes (84,8 ans), et a stagné pour les hommes (78,4 ans).

Même constat aux États-Unis. C’est notre cinquième, et triste tendance. “Nous devons lutter contre la sédentarité et l’immobilisme des jeunes de 5 à 15 ans. Nous devons les faire bouger en les intégrant dans nos programmes, car pour la première fois, la génération des enfants de 7 et 8 ans a une espérance de vie plus courte que celle de leurs parents. C’est inadmissible et nous devons réagir”, appelle Pierre-Jacques Datcharry. Nul doute que les choses auront évolué – positivement – d’ici la prochaine édition du congrès Fitness Challenges. “J’espère que l’édition numéro deux est déjà dans les cartons”, s’impatiente Lionel Kupper. L’organisateur, satisfait que les dix partenaires “aient joué le jeu d’être logés à la même enseigne, et de placer la dimension commerciale en second plan”, annonce qu’il sera épaulé par de nouveaux sponsors l’année prochaine. De quoi encadrer l’organisation d’une deuxième édition qui promet de nouvelles surprises toujours plus “tournées vers l’échange et le partage”.

P1000428

Témoignages des managers de club :
> “Nous nous sentons enfin comme une industrie.” – Franck Hédin_CMG Sports Club
> “J’ai pu confronter mes options sur le métier.” – Thierry Marquer_L’Orange Bleue
> “Un contenu extrêmement riche.” – Michel Rota_Moving
> “Je n’en attendais pas autant.” – Guy Deville_Keep Cool
> “On peut se situer sur le marché international.” – Christian Matthey_Physic Club (Suisse)
> “On apprend toujours quelque chose.” – Lionel Kupper_City Green

Témoignages des partenaires
> “C’est du bonheur pour le marché français.” – Henri Valcke_Valckes Services (Life Fitness France)
> “Sincèrement, c’est un rendez-vous vraiment très pro. La barre a été mise très haute dès la première édition.
François Éric Leclercq_Matrix
> “Enfin le fitness français comprend qu’il doit apprendre, et ce congrès le lui a permis. Je lui mets 9,5/10 !” – Koen Vandenhoeck_Milon
> “Faire venir des intervenants de qualité a permis d’apporter de l’eau au moulin, et d’ouvrir le marché français à
l’international.” – Patrick Chouvert_Precor